Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

Rencontre Ucel

Vie locale et tourisme
10 juin 2013

Le 10 juin dernier, le président de l’Association des Maires de l’Ardèche avait invité les maires et élus locaux de la région pour discuter de l’implication écologique des communes et plus particulièrement du tourisme et de la vie locale de leurs cités. Etait présents Monsieur Cédric d’Império, président de la Communauté de Communes « Source de l’Ardèche » et maire de Fabras, Christophe Neumann, chef de projet « 36 000 pour le tri », Patrice Drevet, qui animait la réunion, et Richard Quemin, directeur régional d’Eco-Emballages.

Ucel, le 10 juin 2013

A l’occasion du développement de la collecte sélective des emballages ménagers, le maire est naturellement devenu la figure référente dans le domaine du tri et du développement durable pour ses habitants. 58% des habitants interrogés répondent en effet qu’ils font confiance à leur maire pour les questions de tri et de recyclage, même lorsque le maire a délégué sa compétence à l’intercommunalité. Partager les bonnes pratiques, échanger, débattre entre maires sur les enjeux du développement durable, du tri et du recyclage, tels sont les objectifs des rencontres organisées par l'AMF (Association des maires de France), les 101 associations départementales de maires, Mairie 2000, l’Association Nationale des Maires des Stations Classées et des Communes Touristiques et Eco-Emballages. Ce programme, 36 000 pour le tri, c'est donc un « tour de France », avec des rencontres organisées dans chaque département, ce sont 36 000 maires qui pourront s'exprimer avec leurs pairs et insuffler une dynamique citoyenne autour de six thématiques environnementales : urbanisme et logement, vie locale et tourisme, sport et culture, nouveaux arrivants, école et famille, propreté et espace public.

 

Le tourisme est un facteur positif pour le développement local

Un afflux de touristes à une ou plusieurs époques de l’année peut impacter l’organisation d’une ville, la qualité de la vie, la propreté et bien sûr la gestion de ses déchets. « En ce qui concerne les déchets, nous y parons en rajoutant des conteneurs collectifs», témoigne Sandrine Campait, maire-adjointe à Rocher. « Avec nos quatre-vingts campings, nous avons aussi été amenés à réfléchir à des solutions de gestion des déchets plus propices à gérer ce flux. Nous avons fait imprimer des autocollants d’information à poser sur les poubelles en plusieurs langues ; pour les campings les plus impliqués dans le tri, nous mettons en œuvre des mesures incitatives en fonction de leur engagement », ajoute Cédric d’Imperio, maire de Fabras. « Notre site naturel est le poumon de notre économie, il faut donc le protéger pour que nous puissions tous en profiter ; à cet égard, je salue la très belle action d’ « Ardèche Claire » qui fait un travail magnifique pour notre région », souligne Muriel Ricard, ancienne adjointe à Vogüé. Un point clé sur lequel tous les maires et élus présents s’accordent et pour lequel des actions fortes et adaptées doivent être développées. « Un de nos campings très impliqué dans le tri a décidé d’acheter neuf conteneurs ; il nous a semblé logique de soutenir cette action par une collecte gratuite des déchets », confirme Cédric d’Império et d’ajouter « cela améliore notre image d’avoir une démarche écologique. Les campings le savent et se dotent de ce qu’il faut afin de réduire la production de déchets et améliorer l’environnement local ; deux des quatre facteurs clés pour l’obtention d’un éco-label » souligne le président de la communauté de communes des Sources de l’Ardèche.

 

Des solutions mises en place

Mais la vie locale ne peut s’arrêter aux seuls flux touristiques. La maîtrise des déchets passe par tous les mouvements d’une ville, ses règles et leurs entraves. Des règles qui prennent la forme de points d’apport volontaire multipliés, de ramassage en porte à porte quotidien ou hebdomadaire, ou comme à Lalevade « en coordination directe avec le SIDOMSA (Syndicat Intercommunal de Destruction des Ordures Ménagères du Secteur d'
Aubenas) 
», souligne Pierre Orius. Les Mairies poursuivent aussi ces démarches par des supports d’information, précisant encore un peu plus les modes d’action de la ville. Affichage, bulletin municipal, autocollants sur les conteneurs et parfois même refus d’une poubelle mal triée voire verbalisation, sont autant d’actions que les élus et leurs équipes mettent en place pour servir au mieux l’intérêt général, les habitants et leurs localités.

 

Le dépôt sauvage, fléau de la vie locale ?

Des actions qui se heurtent parfois à l’incivisme, comme le dépôt sauvage qui s’invite en bord de routes ou sur les parkings des supermarchés. « On retrouve des bouteilles vides sur les parkings, s’exclame Sandrine Campait, comme si le lieu était une poubelle publique ! Des efforts qui poussent les municipalités à multiplier les solutions comme le commente Edmond Fargier, maire d’Aizac : « Nous avons mis en place un système de surveillance et verbalisation pour essayer de remédier au dépôt sauvage sur nos sentiers et chemins ».  Et Paul Abeillon, maire de Saint-Etienne de Fombellon d’ajouter : « Nous avons cinq points de ramassage dans lesquels le tri est plutôt bien fait, mais nous retrouvons autour de ces points d’autres choses qui ne devraient pas y être. Nous essayons tant que possible de rattraper les fautifs que nous convoquons pour un ramassage que l’on espère dissuasif ! ». Ce sont des solutions préventives et parfois répressives mais qui ont toutes pour but la qualité de l’environnement et donc celle des communes. « Intéresser par une visite de centre de tri a généralement un bon effet sur les comportements », souligne Muriel Ricard, ancienne adjointe au maire à Vogüé. « Il y a dix ans, il n’y avait pas de déchetterie ; aujourd’hui nous traitons plus de 10 000 tonnes par an et observons une diminution du dépôt sauvage ». « Les choses avancent, il faut continuer », conclut Cédric d’Imperio.

 

Cédric d’Imperio - Maire de Fabras et président de la communauté de communes des Sources de l’Ardèche

Cédric d’Imperio, maire de Fabras et  président de la communauté de communes des Sources de l’Ardèche :

« Il est positif d’avoir une démarche écologique ; les campings le savent et se dotent de ce qu’il faut afin de réduire la production de déchets et améliorer l’environnement local ; deux des quatre facteurs clés pour l’obtention de leur éco-label.»

Muriel Ricard - Ancienne Adjointe au maire à Vogüé

Muriel Ricard, adjointe au maire à Vogüé :

« Notre site naturel est le poumon de notre économie, il faut donc le protéger pour que nous puissions tous en profiter ; à cet égard, je salue la très belle action d’Ardèche Claire qui fait un travail magnifique pour notre région. »

Jacques SARTRE - Ancien Conseiller Municipal à Saint-Sernin

Jacques Sartre, conseiller municipal à Saint-Sernin :

« Nous utilisons notre bulletin municipal pour revenir sur chaque point de la gestion des déchets et du tri. S’il y a un problème ponctuel, nous envoyons un courrier directement à la personne concernée. »

Pour retrouver l’intégralité des bonnes pratiques évoquées lors des rencontres, vous pouvez télécharger la fiche pratique de la thématique tourisme et vie locale.

Telecharger la fiche
Ajouter un commentaire

Votre commentaire est soumis à modération.
Il ne sera affiché sur le site qu'après vérification par notre modérateur.

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive
Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.
*