Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

Aude (Narbonne), le 22 avril 2016

Monsieur Patrick MAUGARD, maire de Castelnaudary et Président de l’Association des maires de l’Aude, Monsieur Georges ORTOLA, Président d’Adelphe et vigneron, et François DEMEURE DIT LATTE, directeur d’Adelphe, avaient invité le 22 avril dernier au château de Jonquières à Narbonne, les maires et élus locaux à se réunir pour partager leurs témoignages et initiatives locales en matière d’environnement et de développement durable, sur la thématique « Tourisme et Vie Locale ».

Monsieur Jacques DIMON, Vice-Président de l’Association des maires de l’Aude et maire de Pennautier, Monsieur Johann LECONTE, directeur des relations élus locaux et associations (Eco-Emballages), Madame Christine LEUTHY MOLINA, directrice région Sud-Est (Eco-Emballages), étaient présents. Monsieur Patrice DREVET animait la rencontre et veillait à son bon déroulement, en donnant la parole aux élus présents.

Le cadre de vie, et en particulier le tri sélectif, représente la plus forte attente des habitants vis-à-vis de leur maire[1]. En effet, 67% des habitants placent l’amélioration du cadre de vie en première compétence des élus[2]. Le maire est donc le premier référent des habitants et le prescripteur légitime du geste de tri.

Aussi, pour répondre aux attentes des citoyens sur ces sujets, Eco-Emballages et l’AMF ont décidé de lancer le programme de rencontres thématiques 36 000 pour le tri : depuis 2012, 80 rencontres ont été organisées dans toute la France afin de partager expériences et initiatives locales entre les élus des 36 000 communes de France sur les thématiques relevant de leurs responsabilités et touchant aux questions environnementales.


[1] Les mots du Maire, AMF, novembre 2013

[2] Enquête Viavoice, mars 2014

Comment mettre en place une démarche de développement durable dans les communes touristiques ?

Pour introduire cette 80ième rencontre, Monsieur Jean-Michel ALAVAREZ, conseiller municipal à Narbonne (52 802 habitants) souhaite la bienvenue aux participants, en soulignant l’enjeu du développement durable. Monsieur Jacques DIMON, Vice-Président de l’Association des maires de l’Aude, excuse Monsieur Patrick MAUGARD, Président, et remercie les 900 élus ayant participés aux formations organisées par l’Association en 2015. « Votre mobilisation importante montre votre intérêt pour ces thématiques et la réunion d’échanges d’aujourd’hui ne fait pas figure d’exception ». Monsieur Georges ORTOLA, Président d’Adelphe et vigneron, accueille les élus en leur expliquant le contexte et le déroulé de la demi-journée : « Le château de Jonquières appartient à une coopérative qui représente 50 vignerons de la région, dont je fais partie. Nous visiterons à l’issue de la rencontre le centre d’embouteillage de Vinadéis, qui compte 400 salariés dans la région et qui a réalisé 30 millions d’euros de chiffre d’affaires l’année dernière ». Il ajoute : «  Ce lieu symbolise la Responsabilité Elargie du Producteur (REP). En effet, la loi de 1992 demande à chaque émetteur d’un produit mis sur le marché de pourvoir à son élimination et/ou à son recyclage. Ainsi, chaque producteur doit payer une contribution à Eco-Emballages ou Adelphe. Cela a représenté 800 millions d’euros en 2015 ».  

Monsieur Johann LECONTE, directeur des relations élus locaux et associations (Eco-Emballages), débute les échanges en racontant l’origine du programme 36 000 pour le tri : « Les maires ont mis en place la collecte sélective en 1992. Dans un souci d’efficacité et d’économies, cette responsabilité a été donnée aux intercommunalités. Les élus locaux se sont donc éloignés des thématiques liées à l’environnement. Pour autant, le maire est le référent des habitants en matière de tri. C’est pourquoi nous avons eu l’idée avec Jacques PELISSARD, à l’époque Président de l’AMF, de créer un programme de rencontres à destination des maires, afin d’échanger avec eux sur les thématiques liées à la gestion des déchets ». Il ajoute en rapport avec la thématique du jour : « La propreté est l’une des premières choses qui attire l’attention des touristes. Aussi, cette dernière passe notamment par la mise en place d’un dispositif de tri efficace ».  

Madame Christine LEUTHY-MOLINA, directrice de la région Sud-Est (Eco-Emballages) présente les chiffres clés de la région Languedoc-Roussillon : « Les habitants de la région trient en moyenne 47 kg d’emballages ménagers par habitant par an. Cette performance est légèrement au-dessus de la moyenne nationale, se situant à 46.5 kg. Vous avez la chance de disposer de 14 centres de tri et de 2 verreries, juste à côté de chez vous. Lorsque nous savons que 88% des emballages ménagers triés sont recyclés en France, il est important de prendre conscience des emplois de proximité que vous créez en triant ». Elle insiste sur l’importance du geste de tri du verre : « Le verre est un matériau qui se recycle à l’infini. En le déposant dans la poubelle d’ordures ménagères, vous augmentez de manière significative le coût de la gestion des déchets, de l’ordre de 90€ la tonne, et vous perturbez les fours des incinérateurs ». C’est pour booster ce geste de tri du verre qui stagne que le SMICTOM de l’Est Audois se dotera en 2016 de 116 colonnes à verre supplémentaires. 

Jean-Michel ALVAREZ - Conseiller municipal à Narbonne
Jacques DIMON - VP de l’ADM 11, maire de Pennautier
Georges ORTOLA - Président d’Adelphe

Monsieur Jacques DIMON parle de sa commune de Pennautier (2 450 habitants), en soulignant sa volonté de préserver le bien-vivre ensemble pour ses habitants et ses visiteurs. « Les habitants, comme les touristes, cherchent une qualité de vie. Cependant, le maire ne peut pas tout faire seul. Vous devez vous appuyer sur des relais pour sensibiliser vos habitants. C’est pourquoi nous venons d’inaugurer à Pennautier une association, « Pennautier Nature et Patrimoine ». Par ailleurs, nous mobilisons les administrés chaque année lors de l’action « Nettoyons la Nature » ». Monsieur Johann LECONTE précise : « Il me semble que le développement d’une politique de tourisme éco-responsable s’articule autour de 2 enjeux : le premier, comment faire pour travailler sur l’attractivité de mon territoire ; le deuxième comment gérer l’augmentation du volume de déchets lors des saisons touristiques pour préserver l’environnement de mes administrés ».

La sensibilisation des administrés est essentielle dans la mise en œuvre d’une politique globale de développement durable. Il faut, sans cesse, rappeler les règles de bonne conduite et pointer du doigt les incivilités. A Canet (1 631 habitants), la journée annuelle de l’environnement donne l’occasion de croiser des administrés dans le village et de leur rappeler que les dépôts sauvages sont interdits. « Pour sensibiliser les habitants, il ne suffit pas d’utiliser notre gazette et le site Internet de la mairie » explique Monsieur André HERNANDEZ, maire. « Nous allons faire appel à 2 contrats emploi d’avenir pour faire des opérations d’ambassadeur du tri : ces derniers iront en porte-à-porte chez les habitants expliquer les consignes de tri en vigueur et les bénéfices du tri ». A la Palme (1 586 habitants), Monsieur Patrick LECOQ, adjoint, explique que des efforts ont été faits au centre-ville avec l’acquisition de conteneurs enterrés, grâce au soutien du Grand Narbonne. « Cela a eu un impact très positif sur le paysage et le tri est mieux respecté ».

Enfin, Monsieur Johann LECONTE invite les élus à se rendre sur le site Internet du Collectif des festivals engagés pour le développement durable en Bretagne[3], qui propose notamment des fiches « bonnes pratiques et retours d’expériences » à destination des organisateurs d’événements.


[3] www.lecollectifdesfestivals.org

 

 

Johann LECONTE - Directeur élus et associations
Christine LEUTHY MOLINA - Directrice régionale
André HERNANDEZ - Maire de Canet
Patrick LECOQ - Adjoint à la Palme

Quels sont les moyens à mettre en œuvre et les acteurs à contacter ?

La thématique des déchets sauvages est un problème récurrent que partagent les élus. Monsieur Jacques DIMON s’appuie sur un groupe de randonneuses de sa commune, qui remplissent leur sac sur le retour avec les déchets trouvés sur le chemin. A Trèbes (5 410 habitants), Monsieur Patrice LEPLAT, adjoint, un policier municipal et 2 adjoints municipaux délégués sont en charge de la propreté d’un secteur qui leur ait attribué. « Ces référents font le lien avec les habitants. Des réunions sont organisées tous les 3 mois avec les administrés et leur référent pour discuter de l’entretien, de la gestion des déchets, des problèmes de voisinage ». Monsieur Johann LECONTE félicite cette initiative et insiste sur la nécessité de mobiliser une multitude de relais : « La communication écrite ne peut pas se substituer à la communication orale. Appuyez-vous sur vos associations culturelles, sportives, les Offices du Tourisme,… ». La participation au concours des villes et villages fleuris, un partenariat avec des associations nationales (comme Vacances Propres[4]) ou l’obtention d’un label (Pavillon Bleu[5], Clef Verte[6]) peuvent également contribuer au maintien de la propreté dans les communes. Moutain Riders[7], quant à elle, sensibilise les habitants et les visiteurs des bords de plage et de la montagne, à respecter la propreté des espaces naturels. Campagne de ramassage de déchets, kits de communication clef-en-main, animations destinées au grand public et aux scolaires,… Le site Internet de l’Association regorge d’idées intéressantes. Enfin, l’Association Nationale des Elus des Territoires Touristiques (ANETT)[8] est à la disposition des élus des communes touristiques qui souhaitent être accompagnés sur des projets d’amélioration environnementale. Elle organise également tous les ans des labellisations, telles que « les Trophées de l’Escale » et « Les Sceptres d’Or du Développement Durable » pour valoriser les réalisations menées en faveur du développement durable.


[4] www.vacancespropres.com

[5] www.pavillonbleu.org

[6] www.clefverte.org

[7] www.moutain-riders.org

[8] www.communes-touristiques.net

Patrice LEPLAT - Adjoint à Trèbes
Philippe DESLOT - Adjoint à Leucate
Philippe BONHOURE - Chargé de mission à Port-la-Nouvelle

Madame Christine LEUTHY-MOLINA présente le kit camping[9], outil clef-en-main à destination des gérants de campings leur permettant de disposer d’outils libre de droits. « Ce programme se passe en 2 temps : le premier avant la saison, où le camping est invité à mettre à niveau son dispositif de tri ; le deuxième avec la formation de son personnel aux enjeux du tri sélectif. Une signalétique personnalisée, traduite en plusieurs langues, est disposée dans les endroits stratégiques du camping. Enfin, cette démarche est formalisée au travers d’une charte d’engagement, visible à l’entrée de l’établissement et remis aux visiteurs dès leur arrivée. Ce kit vous est très utile car il permet d’une part de réaliser des économies en optimisant les coûts de la collecte de vos déchets et d’autre part, de soigner l’image de votre établissement, engagé dans une démarche de développement durable ».

Pour conclure cette deuxième partie, Monsieur Philippe DESLOT, adjoint à Leucate (4 337 habitants), détaille l’initiative originale développée par la commune : « Nous sommes une ville touristique et disposons de 12 kms de plages, dont une partie est classée Natura 2000. Nous avons un problème d’érosion avec le sable et le tri mécanique sur la plage s’avère compliqué. Aussi, nous disposons d’un cheval qui, en dehors des périodes estivales, se charge de récupérer le contenu des poubelles ».


[9] Disponible sur www.trionsplus.fr

Comment faciliter les gestes éco-responsables sur les lieux touristiques ?

Les élus s’accordent sur l’importance d’impliquer la population dans les actions quotidiennes de la mairie afin de les transformer en relais de la préservation de leur cadre de vie. Cependant, comment faut-il s’y prendre ? Le rôle des enfants en tant qu’ambassadeur des éco-gestes est indéniable. « A Port-la-Nouvelle (5 663 habitants), le Maire reçoit chaque année les CM1 pour leur parler d’environnement et de citoyenneté. Les CM2, quant à eux, se voient remettre un livret sur l’environnement. Les enfants ont des propos très pertinents » précise Monsieur Philippe BONHOURE, chargé de mission. Monsieur Jean-Pierre PIGASSOU, Président du SMICTOM Corbières Minervois et Vice-Président du COVALDEM, informe les participants qu’une équipe du COLVADEM se déplace pour faire des animations liées au tri. « Je vous invite à vous rendre sur notre site Internet pour plus d’informations ». Pour Madame Séverine ESCRIBE, conseillère municipale à Saint Martin Lalande (1 116 habitants), « il ne faut pas oublier d’associer les parents à la démarche ». Enfin à Narbonne, Monsieur Jean-Michel ALVAREZ évoque le travail effectué avec les 31 écoles de la ville : « Nous organisons chaque année la Semaine du Développement Durable. Cette année, nous avons choisi la thématique de l’eau ».

 

 

Jean-Pierre PIGASSOU - Vice-Président du COLVALDEM
Séverine ESCRIBE - CM à St Martin Lalande

A Besançon (Doubs, 115 879 habitants), la municipalité a lancé une campagne « Met la gum sur la propreté »[10] et a installé des panneaux à chewings-gums aux alentours des établissements scolaires. D’autres communes vont encore plus loin et font collaborer jeunes et artistes professionnels pour repeindre des armoires électriques et autres mobiliers urbains régulièrement victimes de dégradations. Au Grand Montauban (Tarn-et-Garonne, 8 communes, 69 394 habitants) et à Metz (Moselle, 119 551 habitants), les jeunes ont travaillé en amont avec les comités de quartier concernés et ont réalisé ce type de peinture avec des graffeurs professionnels. Enfin, Eco-Emballages met quant à lui gratuitement à la disposition des élus le kit pédagogique clef-en-main Tri-Master. L’inscription se fait en ligne par les mairies sur le site www.trimaster.fr.

Madame Nicole MARTY, conseillère municipale à Fleury d’Aude (3 813 habitants), témoigne d’une découverte qu’elle a faite lors de vacances à l’étranger : « En Irlande, les sacs d’ordures ménagères sont scannés et les habitants payent au poids ». Monsieur Sacha DJORDJEVIC, adjoint à Cuxac-Cabardès (908 habitants), poursuit sur la thématique de la fiscalité : « Une augmentation, bien que moins importante que prévu, de la taxe d’ordures ménagères a été votée alors que les performances de tri se sont améliorées. Si le montant de la taxe n’est pas en corrélation avec l’effort que fournissent les habitants, ils se désintéresseront très vite de l’utilité du tri ». Monsieur Johann LECONTE explique : « L’amélioration des techniques et des moyens de prévention pour l’environnement font parfois que les coûts augmentent. Pour autant, il existe des collectivités qui ont réussi à baisser leur taxe d’ordures ménagères. L’important est de communiquer auprès de votre population et de leur expliquer que si le tri n’était pas effectué, l’augmentation de la taxe aurait été encore plus importante  ».


[10] http://www.eisenia.coop/assets/Uploads/Documents/besanongum2010.pdf

 

 

Nicole MARTY - Conseillère municipale à Fleury d’Aude
Sacha DJORDJEVIC - Adjoint à Cuxac-Cabardès

Pour conclure ces rencontres riches en échanges, Monsieur Jacques DIMON souligne la qualité des échanges des élus. « Vos initiatives démontrent bien que des actions sont possibles, même dans des plus petites communes. L’engagement du Maire et des élus locaux est indispensable ».

Pour retrouver l’intégralité des bonnes pratiques évoquées lors des rencontres, vous pouvez télécharger la fiche pratique de la thématique tourisme et vie locale.

Telecharger la fiche
Ajouter un commentaire

Votre commentaire est soumis à modération.
Il ne sera affiché sur le site qu'après vérification par notre modérateur.

Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive
Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.
*