Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

Rencontre Saint-Romain-de-Colbosc

Sport et culture
22 octobre 2012

Pour répondre aux attentes des concitoyens sur les sujets liés au développement durable, Eco-Emballages et l’Association des maires de France organisent pour tous les maires une série de rencontres locales « 36 000 pour le tri » pendant les cinq prochaines années. Ces rencontres ont pour vocation de favoriser les échanges de bonnes pratiques entre maires.

galerie photos
  • Bertrand Girardin Maire de Saint-Romain-de-Colbosc « La communauté de communes met des bacs de tri à disposition des communes lors des « Foulées ». Mais le tri coûte cher. Ce n’est pas facile de trouver le bon compromis. »
  • Saint-Romain-de-Colbosc
  • Saint-Romain-de-Colbosc
  • Saint-Romain-de-Colbosc
  • Saint-Romain-de-Colbosc
  • Guy Lemoine Ancien Maire d’Oudalle « A la communauté de communes, nous organisons des visites de sites ouvertes aux élus et au grand public. Les élus impliquent aussi les enfants à l’école. Nous devrions axer nos efforts sur les enfants car rappelons que ce sont eux qui éduquent le mieux leurs parents sur ces sujets-là. »
  • Daniel Fidelin Ancien maire de Mannevillette « Je suis co-organisateur d’une course de 1200 personnes au cours de laquelle nous donnons des gobelets en plastique blancs aux coureurs et aux marcheurs. Malheureusement, ça finit par terre. Seule la rapidité de la course compte. On est obligé de s’occuper du ramassage, sans penser au tri. »
  • Saint-Romain-de-Colbosc
  • Michèle Martin Maire de Saint-Laurent-de-Brévedent « Pour notre vide-grenier, nous distribuons un sac plastique à chaque exposant pour ses déchets de bouche. C’est un petit geste, mais c’est utile et efficace. »
  • Alain Renaut Maire de Pierrefiques « Lors d’une course, les coureurs n’ont pas le temps de trier et c’est normal. Je pense que c’est à nous de leur faciliter la tâche et de communiquer sur notre démarche. Nous pourrions fabriquer une sorte d’entonnoir en carton et le fixer sur le conteneur ? Ainsi, les coureurs pourraient jeter leurs déchets en courant . Il faut juste prévoir suffisamment de bacs. »
  • Saint-Romain-de-Colbosc
  • Alain Renaut Maire de Pierrefiques « Lors d’une course, les coureurs n’ont pas le temps de trier et c’est normal. Je pense que c’est à nous de leur faciliter la tâche et de communiquer sur notre démarche. Nous pourrions fabriquer une sorte d’entonnoir en carton et le fixer sur le conteneur ? Ainsi, les coureurs pourraient jeter leurs déchets en courant . Il faut juste prévoir suffisamment de bacs. »
  • Bertrand Girardin Maire de Saint-Romain-de-Colbosc « La communauté de communes met des bacs de tri à disposition des communes lors des « Foulées ». Mais le tri coûte cher. Ce n’est pas facile de trouver le bon compromis. »
  • Saint-Romain-de-Colbosc
  • Roger Ribet Ancien Maire de Gommerville « Pour le vide grenier, ce n’est pas aux employés communaux de prendre en charge le nettoyage du site. Nous demandons aux exposants de s’engager à laisser la salle et ses alentours propres. Ça s’est fait petit à petit et aujourd’hui, tout le monde joue le jeu. De notre côté, nous nous chargeons du transport des déchets afin qu’ils rejoignent leur filière de traitement. »
  • Saint-Romain-de-Colbosc
  • Saint-Romain-de-Colbosc
  • Saint-Romain-de-Colbosc
  • Saint-Romain-de-Colbosc, le 22 octobre 2012

    Partager les bonnes pratiques, échanger, débattre entre maires sur les enjeux du développement durable, du tri et du recyclage, tels sont les objectifs des rencontres organisées par l'AMF, les 101 Associations Départementales de maires et Eco-Emballages. Ce programme « 36 000 pour le tri » c'est un « tour de France » qui va se déployer sur les 5 prochaines années avec des rencontres organisées dans chaque département, ce sont 36000 maires qui pourront s'exprimer avec leurs pairs et insuffler une dynamique citoyenne autour de 6 thématiques : urbanisme et logement, vie locale et tourisme, sport et culture, nouveaux arrivants, école et famille, propreté et espace public.

    Le 22 octobre dernier, l’AMF et Eco-Emballages ont convié les élus de Seine-Maritime à se réunir pour échanger sur le thème « sport, culture et développement durable » lors d’une rencontre « 36000 pour le tri ». Sur l’invitation de Denis Merville, président de l’Association départementale des maires de la Seine-Maritime, les maires et leurs équipes sont venus débattre et partager leur expérience, dans le charmant village de Saint-Romain-de-Colbosc. Ce nouveau rendez-vous sur le thème des manifestations culturelles et sportives, a permis de mettre une fois de plus en exergue le rôle moteur des élus pour encourager la population, les associations et les organisateurs d’événements à se mobiliser en faveur de l’environnement.

    C’est d’abord sur les manifestations sportives que les maires se sont exprimés. En Seine-Maritime, de nombreuses courses sont organisées et les élus sont bien souvent démunis face à la gestion des déchets. Par manque de temps ou d’organisation, ils se disent plus concentrés sur le nettoyage des sites que sur le tri des emballages. De plus, comme le précise Jean-Pierre Combres, ancien maire adjoint de Parc-d’Anxtot, « les participants et les spectateurs ne se sentent pas forcément impliqués.  Les uns parce qu’ils ont une course à gagner, et les autres, parce qu’ils sont pressés de s’en aller ».

     

    Quand les bacs de tri sont de sortie…


    Pour autant, les élus restent convaincus que l’on peut agir efficacement. Mais comment ? Alors que Bertrand Girardin, maire de Saint-Romain-de-Colbosc évoque la mise à disposition de bacs de tri par la communauté de communes lors des « Foulées », Alain Renaut, maire de Pierrefiques lance une idée : « et pourquoi ne pas fabriquer une sorte d’entonnoir en carton et le fixer sur le container ? Ainsi, les coureurs pourraient jeter leurs déchets, même en courant ? Il faut juste prévoir suffisamment de bacs ».  L’assemblée semble très enthousiaste à cette idée, même si cela oblige à faire un peu de bricolage, ironise l’un des élus. « On pourrait aussi leur distribuer des gobelets pliables, à accrocher à la ceinture », ajoute Jean-Pierre Combres, maire adjoint de Parc-d’Anxtot
    Les containers doivent pour cela être clairement identifiés, souligne un élu. Johann Leconte, Directeur des relations avec les élus chez Eco-Emballages, en profite pour rappeler à tous l’existence du site trionsplus.fr, sur lequel des maquettes, des affiches, des flyers et autres supports prêts à l’emploi et personnalisables sont mis à la disposition des communes.

     

    Imposer des règles de fonctionnement aux organisateurs


    Dans la salle, les élus semblent s’accorder sur la nécessité d’un cadre réglementaire précis pour que les participants s’engagent en matière de propreté. Pour les vides-greniers, M. Roger Ribet, ancien maire de Gommerville, estime que « ce n’est pas aux employés communaux de prendre en charge le nettoyage». Il exige donc des exposants qu’ils s’engagent à laisser les lieux intacts « au début, on avait quelques grincheux, s’amuse-t-il, c’est normal. Mais aujourd’hui, tout le monde joue le jeu ». A Saint-laurent-de-Brévedent, « nous distribuons un sac plastique à chaque exposant pour ses déchets », indique Michèle Martin, adjointe au maire de Saint-Laurent-de-Brévedent, « c’est un petit geste, mais c’est utile et efficace ».

     

    Savoir être patient


    Pour les événements associatifs, les élus ont réussi à s’organiser au fil des années. Mais cela ne marche pas toujours du premier coup. Tous les élus s’accordent pour dire qu’installer un dispositif de tri n’est pas suffisant, il faut communiquer sans relâche pour que les bons gestes soient intégrés par les habitants. Les élus échangent alors sur l’importance de l’information et de la sensibilisation des habitants.

     

    Pas de tri sans sensibilisation


    Alain Renaut, maire de Pierrefiques rappelle qu’à Etretat, une équipe hippomobile collecte les déchets lors des événements ou en période estivale. « Ils ont réussi à faire d’une pierre deux coups : collecter et sensibiliser les citoyens. En matière de communication et de visibilité, c’est une opération exceptionnelle ». Denis Merville, président de l’Association départementale des maires de la Seine-Maritime affirme qu’il y’a « beaucoup à faire en matière d’éducation et de formation ». Car pour sensibiliser les participants, « encore faut-il que les messages en faveur du tri leur soit régulièrement délivrés le reste de l’année. Il y a tant d’idées à mettre en place et à partager », avance Guy Lemoine, ancien maire d’Oudalle. Pour Denis Merville, président de l’Association départementale des maires de la Seine-Maritime, « les rencontres « 36 000 pour le tri » reflètent précisément cet état d’esprit : nous devons profiter de ces rendez-vous privilégiés pour échanger nos bonnes pratiques, et communiquer sur les actions qui marchent sur le terrain. C’est essentiel ! »

    Pour retrouver l’intégralité des bonnes pratiques évoquées lors des rencontres, vous pouvez télécharger la fiche pratique de la thématique sport et culture.

    Telecharger la fiche
    Ajouter un commentaire

    Votre commentaire est soumis à modération.
    Il ne sera affiché sur le site qu'après vérification par notre modérateur.

    Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive
    Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.
    *