Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

Les rencontres
36000 pour le tri

Rencontre Pyrénées-Atlantiques

Propreté et espace public
23 novembre 2016

Sévignacq, le 23 novembre 2016

Alain SANZ, Président de l’Association Départementale des Maires des Pyrénées Atlantiques et Monique SEMAVOINE, Présidente du Syndicat Mixte de Traitement des Déchets VALOR BEARN,  ont invité le 23 novembre dernier au nouveau centre de tri Valor Bearn de Sévignacq, les maires et élus locaux à se réunir pour partager leurs témoignages et initiatives locales en matière d’environnement et de développement durable, sur la thématique « Propreté et Espace Public ». Un partenariat AMF, l'Association des Maires de France et Eco Emballages.

Monique SEMAVOINE
Alain SANZ

Autour de la Présidente Monique SEMAVOINE et du Président Alain SANZ, sont présents Michel CUYAUBÉ, Maire de Sévignacq, Hervé GUILLAUME, Délégué Général de l’AVPU (Association des Villes pour la Propreté Urbaine) et pour Eco Emballages Laure PODDEVIN, Directrice région Sud-ouest, Antoine ANDRÉ, responsable des Opérations région Sud-ouest, Christophe NEUMANN, Chef de projet 36 000 pour le tri.

Patrice DREVET anime la rencontre et veille à son bon déroulement, en donnant la parole aux élus présents. Pour répondre aux attentes des citoyens sur ces sujets, Eco-Emballages et l’AMF ont décidé de lancer le programme de rencontres thématiques 36 000 pour le tri : depuis 2012, 98 rencontres ont été organisées dans toute la France afin de partager expériences et initiatives locales entre les élus des 36 000 communes de France sur les thématiques relevant de leurs responsabilités et touchant aux questions environnementales.

Christophe NEUMANN commente deux enquêtes sur les attentes des habitants ... Le cadre de vie, et en particulier le tri, représente la plus forte attente des habitants vis-à-vis de leur maire. En effet, 67% des habitants placent l’amélioration du cadre de vie en première compétence des élus. Le maire est donc le premier référent des habitants et le prescripteur légitime du geste de tri.

Patrice DREVET passe la parole à Laure PODDEVIN pour parler des performances de la région et du département. Où se situe les Pyrénées Atlantiques dans le geste de tri ? ... avec 52,8 kg par an et par habitant, le département des Pyrénées Atlantiques se situe en dessous de la moyenne régionale qui est de 53,3 kg pour la Nouvelle Aquitaine, mais au dessus de la moyenne nationale qui est de 46,5 kg par an et par habitant. Il y a donc encore une marge de progression pour rejoindre la moyenne régionale. Laure PODDEVIN souligne le travail remarquable réalisé entre Eco Emballages et les collectivités du département, et les net progrès qui en découlent, mais il y a encore des axes d'amélioration.

Patrice DREVET pose les trois questions autour desquelles s'articule cette rencontre dont le thème est donc, propreté et espace public :

 1/ Comment assurer durablement la propreté de l’espace public ?

 2/ Quels sont les moyens à mettre en œuvre afin de garantir la propreté ?

 3/ Comment faciliter les comportements éco-responsables des citoyens ?

 

 

Comment assurer durablement la propreté de l’espace public ?

Hervé GUILLAUME présente également les missions de l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine (AVPU) et notamment de la grille d’évaluation de la propreté conçue avec les villes adhérentes : « Un outil de mesure de la non-propreté d’une ville a été réalisé. Grâce à une méthodologie simple de comptage des déchets au sol, une commune peut comparer ses résultats par rapport à ceux d’autres villes intégrées dans le référentiel. Elle peut ainsi se situer et évaluer son niveau de saleté et les sources de salissures par rapport à une moyenne». En outre, l’Association travaille sur des solutions afin d’optimiser la propreté urbaine.

« L’objectif est de réduire le nettoiement, en responsabilisant l’ensemble des usagers. Il faut travailler sur la propreté durable, en faisant évoluer les comportements des usagers en premier lieu ». Enfin, Hervé GUILLAUME présente le nouvel outil développé par l’Association : « A l’instar des villes et villages fleuris, vous pouvez désormais avoir accès au label de ville « éco-propre ». Nous avons remis les premières étoiles aux villes lauréates le mois dernier. C’est un bon moyen de communiquer auprès de votre population et dans la presse locale sur la démarche de propreté que votre commune entreprend ».

Christophe NEUMANN poursuit : Les problèmes de déjections canines sont partagés par bon nombre d’élus présents dans la salle. Certaines municipalités françaises ont bien compris cet enjeu. En effet, Christophe NEUMANN, chef de projet 36 000 pour le tri, présente des exemples d’actions de médiation urbaine comme à Dax (Landes, 20 364 habitants) où des propriétaires de chien vont directement à la rencontre d’autres propriétaires pour les sensibiliser et les informer que le non ramassage de déjections canines peut leur coûter jusqu’à 68 euros d’amende. Un Code de la rue a été mis en place à Nice (Alpes-Maritimes, 344 870 habitants), qui explique en 10 gestes simples comment se comporter en éco-citoyen en ville. Une brigade de Lutte contre les Atteintes au Cadre de Vie (LAC) fait respecter ce code et face au succès de ce document, une version junior est désormais proposée. La ville de Lyon a mis en place « des scènes de crimes » avec de la "rue balise" qui entoure les dépôts sauvages d’encombrants pour bien montrer que ce sont des comportements inacceptables. De plus, il ne faut pas tout enlever car vous créez un service. Rappelez aussi que le trottoir n’est pas un crottoir, c’est facile à mettre en place et efficace. Hervé GUILLAUME souligne également qu’en région parisienne la ville de Montigny les Cormeilles met autour des dépôts sauvages, durant 48 heures, de la "rue balise" avec un panneau « l’auteur de ce dépôt sauvage est en cours d’identification » (ils n’ont aucun moyen de le faire mais ce qui est important c’est de faire savoir que cet acte est grave). Toutes le communes peuvent le faire et il est fondamental que les collectivités rappellent le mode d’emploi … La sensibilisation des habitants peut également se faire par l’interpellation, de façon humoristique. Hervé GUILLAUME commente la campagne de l’Eurométropole de Strasbourg (Bas-Rhin, 28 communes, 473 375 habitants) sur les déjections canines : « Arrêtons de montrer du doigt les propriétaires de chien qui ne ramassent pas. Utilisons une communication plus positive, en félicitant ceux qui ramassent. Car ce sont eux, la majorité et la norme ».

Claude LACOUR, Maire de Geüs d’Oloron remercie Eco Emballages de mettre en avant les compétences et responsabilités des maires dans tous les domaines y compris celui de la propreté. Claude LACOUR tient à partager une expérience sur un cas de déchet sauvage de prospectus avec des centaines de kilos qui avaient été déposés par un prestataire de service qui voulait s’en débarrasser au lieu de les distribuer. Mr LECOUR a appris que sur ces prospectus il y apparait des codes couleurs et avec ils peuvent retrouver le distributeur en charge.

Monique SEMAVOINE tient à apporter son expérience en tant que Maire de Mazères-Lezons où les fleurs dans les jardinières municipales avaient été volées. Au lieu de les remplacer un panneau, format A4, avait été mis en notant « Les fleurs des Mazèrois ont été volées ». Idem au cimetière où certaines familles se plaignaient que les fleurs avaient été volées sur les tombes. Un panneau a également était mis à l’entrée du cimetière « Annonce aux voleurs de fleurs : Un jour, vous aussi, vous pleurerez un être cher, et vous lui porterez des fleurs ». Tout cela pour dénoncer les incivilités. Madame SEMAVOINE souhaite signaler qu’elle a signé, une convention avec McDonald’s, sur leur proposition, pour traiter ces déchets. McDonald’s a payé 6 poubelles (à 500/pièce), sans leur logo, afin que les déchets puissent être jetés directement des voitures sans descendre.

Alain BOUCHECAREILH Maire de Sault de Navailles et Vice-président de la CCLO a mené une action avec la Chambre d’Agriculture, les agriculteurs et les privés, avec la collecte des 120 tonnes de pneumatiques, les agriculteurs ont payés pour cela, et cette action va être reconduite. Il tient à signaler que l’action « scène de crime » l’intéresse fortement et qu’il va la mettre en place. Patrice DREVET souligne que les rencontres 36 000 pour le tri servent à cela.

Hervé GUILLAUME présente les Trophées AVPU. Vincent CANEROT, Directeur de la propreté urbaine de la ville de Pau a reçu ce trophée concernant une campagne déclinant 4 thèmes « Les mégots de cigarette, les encombrants sauvages, les dépôts sauvages, les chewing-gums».

Pascal BONIFACE présente les actions de communication en matière de traitement de déchets de la ville de Pau en signalant que c’est un travail long, pas simple mais surtout un travail quotidien.

Christophe NEUMANN poursuit : « Il existe encore deux déchets pour lesquels les citoyens n’ont pas de gêne à les jeter par terre : les chewings-gums et les mégots de cigarette ». Aussi, des communes se sont emparées à bras le corps de ces sujets. C’est le cas de Besançon (Doubs, 115 879 habitants) qui a lancé sa campagne Met la gum sur la propreté et a installé des panneaux à chewings-gums originaux sur les corbeilles de rues aux abords des établissements scolaires notamment. Hervé GUILLAUME souligne que le décalage fonctionne très bien et qu’il ne faut pas hésiter à s’en servir.

 

 

Quels sont les moyens à mettre en œuvre afin de garantir la propreté ?

Christophe NEUMANN souligne qu’il est indispensable de mobiliser et d’impliquer les habitants afin qu’ils se sentent concernés pour participer à de telles actions sur leur commune. Pour certaines communes, la participation au concours national de villes et villages fleuris ou l’organisation d’un concours communal de fleurissement peut jouer un grand rôle dans l’embellissement des communes et contribue au sentiment de fierté des habitants de la propreté de leur commune.

Christophe NEUMANN souligne un aspect important de la valorisation des bénévoles (enfants et adultes) : « En prenant les volontaires en photo à la fin du nettoyage et en la publiant dans le bulletin municipal ou la presse locale, vous les transformez en relais. Ils se sentiront investis d’une mission et seront reconnus comme référent de la propreté par leur entourage ». Il insiste également sur l’impact du contrôle social dans les actes de dépôts sauvages : « Le comportement d’un individu est conditionné par la perception des autres. Si vous installez vos points d’apport volontaire à l’extérieur de la commune ou si vous les entourez de palissades, l’individu pourra venir déposer ce qu’il veut à l’abri des regards. Il n’existe pas de solutions miracles contre les déchets sauvages » conclut Hervé GUILLAUME sur le sujet.

Christophe NEUMANN reprend la parole « Cependant, il est nécessaire de communiquer sur les règles afin que ces dernières soient claires, comprises par tous. La communication qui marche est celle qui se répète ». Il ajoute : « Les futurs métiers de la propreté urbaine seront autour de la médiation urbaine. Nous devons communiquer auprès du voisin, celui qui est témoin d’un dépôt sauvage. On doit lui expliquer que ce qui vient de se faire n’est pas la norme. Le Grand Lyon l’a bien compris et organise des « scènes de crime » autour de dépôts sauvages survenus dans la rue ».

Comment faciliter les comportements éco-responsables des citoyens ?

Christophe NEUMANN parle du respect et du maintien de la propreté d’une commune qui peut passer par l’implication directe des habitants dans la valorisation de l’espace public. Aussi, il présente la démarche originale que la commune de Verrières-le-Buisson (Essonne, 15 612 habitants) a mis en œuvre afin de lutter contre les tags : « 2 graffs sont réalisés chaque année en faisant participer les jeunes des écoles ou des quartiers concernés avec des artistes. Un partenariat avec ERDF a également vu le jour dans le but d’embellir les conteneurs électriques. Ce programme est entrepris depuis une dizaine d’années. Ces graffs sont beaux, faciles d’entretien et respectés par la population, qui les a totalement intégrés dans leur cadre de vie ».

Monique SEMAVOINE reprend la parole en soulignant que l’action des conteneurs décorés est superbe pour l’implication des habitants, c’est facile et pas cher à mettre en place dans les villages. « Chaque été à Mazères, « nous faisons des ateliers jeunes et pendant 5 matinées par semaine, encadré par des bénévoles ces jeunes font le nettoyage de placettes, d’impasses, de mobiliers urbains, le nettoyage des tags. Ces jeunes sont très fiers de participer à l’embellissement de leur commune. A la fin de la semaine, le correspondant de la presse fait un article et ils sont en photo dans le journal, et lors des fêtes de Mazères fin aout, lors du vin d’honneur tout le village vient et je les mets à l’honneur devant tout le village en les citant un par un et ils en sont très fiers. Depuis que l'on fait cela, nous prenons la liste des 12 premiers et après les autres sont sur liste d’attente…. et tout au long de l’année ils font eux mêmes la police lors d’incivilité ».

Arnaud FONTAINE, Maire d’Osserain-Rivareytea souhaite donner 2 exemples d’associations des  citoyens mis en place, l’année dernière, une journée citoyenne, pour travailler sur la commune avec l’appropriation des conteneurs et leur propreté. « nous avons constaté que depuis que ces conteneurs sont propres, le propre attire le propre, nous avons une amélioration notable. 2ème exemple nous avons mis les chasseurs à l’honneur en leur demandant de ramasser les ferrailles des dépôts sauvages et cela leur a rapporté de l’argent. La première fois le ferrailleur leur en acheté pour 800 €, la 2ème pour 1200€.

L’association des chasseurs a pu avec ces 2 actions récolter 2000€, l’association a été cité comme association méritante et mise en exergue, nous n’avons plus de dépôt sauvage de ferraille et ils sont riches ! ».

Martine BOYÉ, Maire Adjointe d’Arette la Pierre Saint Martin, station de ski, « à la vue du succès des journées de nettoyage de la station en fin de saison, nous devons mettre sur internet les inscriptions pour ces journées de nettoyage et cela est un réel succès et de limiter à 300 participants, A noter, que le petit déjeuner est offert ainsi que le déjeuner avec le chanteur du village ».

Christophe NEUMANN demande à Madame BOYÉ si elle communique dans la presse. « La réponse est oui, la presse est tout le temps présente et ce sur plusieurs stations ».

Michel LAUGA, Maire d’Issor revient sur la collecte incitative. Est ce un réel progrès ?

Christophe NEUMANN répond que « la redevance incitative a comme vertus de faire prendre conscience aux gens que les déchets ce n’est pas gratuit (je consomme, je génère des déchets et donc je suis responsable du volume de ces déchets, comme l’eau : j’ouvre le robinet, je consomme de l’eau et je paie cette eau). Ce mode est très responsabilisant, je prends conscience que je paie non pas pour le tri mais pour les déchets restants. Les bouteilles en verre vont être plus facilement déposées dans les conteneurs à verre. Attention aux récalcitrants qui peuvent être amenés à aller ailleurs déposer leurs ordures. Un gros travail de sensibilisation est à faire. Il ne faut pas hésiter à dire que les bacs peuvent être vérifiés afin de savoir si des ordures ménagères sont mélangées avec le tri. Le bac peut alors être refusé et donc ne pas hésiter à sanctionner». Certaines collectivités comme l’Alsace Centrale retirent le bac de tri sélectif après le 3ième refus et l’habitant paiera le prix fort en ordures ménagères».

Michel THICOIPE, Vice-Président du syndicat de traitement Bil Ta Garbi, a mis en place 12 ambassadrices du tri qui vont à la rencontre des touristes dans les camping, avec des expositions, elles communiquent, font le tour des restaurants, des festivals, des fêtes et les campings l’hiver en rencontrant les patrons et leur remettant des flyers et des affiches. Cela a un coup car cela représente 12 salaires.

Christophe NEUMANN souligne que pour les campings il y a le label « clé verte » et pour obtenir ce label il faut mettre en place des dispositifs, informer les touristes des dispositions de tri. Cela peut être aussi une démarche de labellisation sur votre territoire.

Christophe NEUMANN rappelle que cette rencontre 36 000 pour le tri traite le thème Propriété et espace public mais d’autres rencontres traitent des sujets suivants les nouveaux arrivants, l’école et famille, sport et culture, urbanisme et logement, tourisme et vie locale avec comment par exemple certaines communes décident de mettre en place une caution incitative lors de la location de leur salle des fêtes communale : si le tri est bien fait, les organisateurs récupèrent leur caution …c’est plus facile que sanctionner. Aujourd’hui nous avons mis en avant un thème mais les 5 autres sont également très intéressants.

Laure PODDEVIN complète le travail fait auprès des enfants avec un travail de pédagogie dans les écoles. Les jeunes, et plus particulièrement les enfants, sont de formidables relais des gestes éco-responsables à adopter auprès de leur entourage, en particulier celui du tri des déchets. C’est pour cela qu’Eco-Emballages met gratuitement à la disposition des mairies le jeu pédagogique Tri-Master. L’inscription se fait en ligne par les mairies sur www.trimaster.fr mais également le magazine Eco Junior. Tout cela se retrouve sur le site.

Gilles TESSON Maire de Denguin et Vice-Président de la Communauté de Communes du Miey de Béarn, ils ont choisi le système à la levée et lors des fêtes communales ou autres la communauté des communes envoie des bacs de tri et les comités des fêtes s’engagent à faire leur tri. Nous n’avons pas constater plus de dépôt sauvages (ce qui ne l’empêche, mais cela ne l’augmente pas).

Anne VOELTZEL Maire d’Eysu, apporte un témoignage des projets et les actions menées à l’année avec les enfants qui permettent de se rencontrer, de monter des projets, des actions liés à l’écologie, aux tri des déchets. « Un film d’animation avait été réalisé pour les sensibiliser sur le traitement des déchets. Dans ma commune, cela est fait avec l’école sur le thème de la biodiversité, nous pouvons mettre en place des actions qui ne coutent rien et qui ont un réel impact sur les enfants mais aussi sur leur famille et aux habitants.
Eco junior est dans mon école, avec un magazine par enfant et c’est un très bon magazine d’information et un excellent support de travail et je tiens à remercier Eco Emballages.

Patrice DREVET fait un dernier tour de salle,  Monsieur le Président Alain SANZ confirme que les enfants sont de véritables ambassadeurs. Hervé GUILLAUME souhaite souligner qu’à Paris, dans les immeubles équipés de composteurs, cela devient un lieu d’échange et les voisins se parlent. Le comportement de l’autre est plus insupportable quand on ne le connait pas donc le composteur est un lien social important.

Pascal BONIFACE rajoute que concernant l’arrêt de la collecte des déchets verts, en 10 jours, la mairie de Pau a reçu 600 appels et que 503 composteurs ont été distribués. Les habitants ont compris que le composteur était une bonne solution. Pascal BONIFACE est également pour le retour des poules en ville.

Pour conclure, Christophe NEUMANN souligne que l’ensemble des informations et les initiatives locales sont à retrouver sur le site www.36000pourletri.fr mais également sur les réseaux sociaux comme Twitter  #36 000 pour le tri par exemple.

Alain SANZ, Président de l’Association Départementale des Maires des Pyrénées Atlantiques tient à se féliciter de cette rencontre avec Eco Emballages et l’AMF.

Monique SEMAVOINE invite les élus présents à participer à la visite du nouveau centre de tri de Valor Bearn dont les process les plus avancés permettent de trier tous les emballages mélangés et papiers des 300.000 habitants de 280 communes en Béarn.

Pascal BONIFACE conclu en signalant que tous les équipements sont ouverts aux grands et aux petits en les sensibilisant et surtout en les incluant dans un projet pédagogique. Que ce soit au début ou à la fin d’un projet pédagogique. Que les élus intéressés appellent directement à Valor Bearn pour mettre en place ces visites.

Pour plus d’informations sur la rencontre et le programme de rencontres

36 000 pour le tri, rendez-vous sur www.36000pourletri.fr

Pour aller plus loin – les liens utiles :

Pour en savoir plus : www.36000pourletri.fr                           
Pour en savoir plus : www.mountain-riders.org            

Pour en savoir plus : www.ecomaires.com                              
Pour en savoir plus : www.lecollectifdesfestivals.org   

Pour en savoir plus : www.evenementresponsable.fr                        
Pour en savoir plus :
www.ecoemballages.fr/juniors 

Pour retrouver l’intégralité des bonnes pratiques évoquées lors des rencontres, vous pouvez télécharger la fiche pratique de la thématique propreté et espace public.

Telecharger la fiche