Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

Les rencontres
36000 pour le tri

Rencontres Mulhouse

Propreté et espace public
23 septembre 2015

Monsieur René DANÉSI, Sénateur-Maire, Président de l’Association des maires du Haut-Rhin,  a invité le 23 septembre dernier lors du salon Est Collectivités à Mulhouse, les maires et élus locaux à se réunir pour partager leurs témoignages et initiatives locales en matière d’environnement et de développement durable, sur les thématiques « Ecole et Famille » et « Propreté et Espace Public ».

Monsieur Jean-Marie BELLIARD – 1er Vice-Président de l’Association des maires du Haut-Rhin et maire de Sierentz (3 244 habitants), Madame Stéphanie BENEY – représentante pour le programme « Eco-Ecole » de l’Office français de la Fondation pour l’Education à l’Environnement en Europe, Monsieur Hervé GUILLAUME – délégué général à l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine (AVPU), et Monsieur Christophe NEUMANN – directeur de la région Est et chef de projet 36 000 pour le tri, étaient également présents. Monsieur Patrice DREVET animait la rencontre et veillait à son bon déroulement, en donnant la parole aux élus présents.

galerie photos
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Rencontres 36 000 pour le tri – Mulhouse (Haut-Rhin) – 23 septembre
  • Mulhouse, le 23 septembre 2015

    Le cadre de vie et en particulier le tri sélectif représente la plus forte attente des habitants vis-à-vis de leur maire1. En effet, 67% des habitants placent l’amélioration du cadre de vie en première compétence des élus2. Le maire est donc le premier référent des habitants et le prescripteur légitime du geste de tri.

    Aussi, pour répondre aux attentes des citoyens sur ces sujets, Eco-Emballages et l’AMF ont décidé de lancer le programme de rencontres thématiques 36 000 pour le tri : depuis 2012, plus de 60 rencontres ont été organisées dans toute la France afin de partager expériences et initiatives locales entre les maires de chacune des 36 000 communes de France sur les thématiques relevant de leurs responsabilités et touchant aux questions environnementales.

    Monsieur Christophe NEUMANN, directeur de la région est (Eco-Emballages), présente les chiffres clés du développement durable du département et indique que la région Alsace est la 9ième de France en termes de performances de tri et de recyclage : « Nous avons encore des progrès à faire pour atteindre le podium des régions les plus performantes ».  Il ajoute : « 67% des emballages sont triés aujourd’hui en France mais seulement 44% des Français disent trier systématiquement. On trie selon l’âge, l’espace disponible dans l’habitat et son lieu d’habitation3». 

    Comment sensibiliser efficacement le jeune public aux questions environnementales et maintenir la propreté de l’espace public ?

    Madame Stéphanie BENEY, représentante Eco-Ecole pour l’Office français de la Fondation pour l’Education à l’Environnement en Europe4, présente le programme Eco-Ecole5 que porte l’Association : « Eco-Ecole se base sur les collectivités territoriales et les communes. Aussi, il met les élèves en situation d’apprentissage actif car ce sont eux qui vont concevoir et mettre en œuvre un projet d’amélioration environnementale de leur école. Ils réaliseront avec l’aide de leurs enseignants et des autres parties prenantes un diagnostic, proposeront des actions concrètes… C’est une démarche à long-terme, car les nombreuses thématiques d’Eco-Ecole vous permettent d’étudier la biodiversité une année, puis la thématique des déchets l’année suivante. Les dernières circulaires de l’Education à l’Environnement et au Développement Durable publiées attestent de la volonté de l’Education Nationale d’intégrer les problématiques liées au développement durable dans les programmes scolaires. Nous suivons actuellement 1 900 établissements scolaires en France, dont 30 établissements en Alsace. Ce chiffre ne fait qu’augmenter d’année en année ».  Elle termine son introduction en présentant un exemple local d’une école en démarche, celle de Jean Mermoz à Schiltigheim (Bas-Rhin) : « La force du projet dans cette école élémentaire réside notamment dans l’implication de plusieurs parties prenantes dans le comité de pilotage : enseignants, directrice de l’école, éco-délégués, techniciennes de surface, représentants de la commune et de l’Eurométropole… Par ailleurs, ce projet s’est rattaché à beaucoup de matières enseignées en classe comme les mathématiques, le français, l’art plastique… »

    Monsieur Christophe NEUMANN
    Directeur région Est

    Madame Stéphanie BENEY
    Représentante Eco-Ecole

    Monsieur Jean-Marie BELLIARD
    Vice-Président de l’AMHR

    Dans la commune d’Habsheim (4 944 habitants), Madame Marie-Renée BERTSCH, maire-adjointe, parle de la mise en place du Conseil Municipal des Enfants qui organise tous les ans une journée citoyenne de débroussaillage et de nettoyage de la commune. Un atelier de sensibilisation au tri des déchets a également été installé lors du forum des associations, en partenariat avec les écoles. « Nous mettons nos jeunes en avant dans le but que ces derniers expliquent à leurs parents les gestes éco-responsables à adopter au quotidien ». A Sausheim (5 454 habitants), Madame Danièle MIMAUD, maire-adjointe, explique que le SIVOM de Mulhouse intervient régulièrement dans les écoles afin d’organiser des ateliers de sensibilisation.  « En revanche, nous rencontrons pas mal de difficultés au niveau des adolescents et des jeunes adultes » précise-t-elle.

    La problématique de la propreté (et de son maintien !) revient régulièrement au cours des échanges de ces deux tables-rondes. De nombreuses communes, comme celle de Kembs (4 855 habitants), participent à la journée Haut-Rhin propre.  « 20% de notre commune participe tous les ans à cette manifestation annuelle » se félicite Monsieur Philippe BASLER.

    Madame Marie-Renée BERTSCH
    Maire-adjointe à Habsheim

    Madame Danièle MIMAUD
    Maire-adjointe à Sausheim

    Monsieur Philippe BASLER
    Maire-adjoint à Kembs

    Monsieur Hervé GUILLAUME, délégué général de l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine (AVPU)6, présente les missions de l’Association et notamment de la grille d’évaluation de la propreté conçu avec ses adhérents : « Nous avons en effet construit un outil de mesure de la non-propreté d’une ville. Grâce à une méthodologie simple de comptage des déchets au sol, une commune peut comparer ses résultats par rapport à ceux d’autres villes intégrées dans le référentiel. Elle peut ainsi se situer et évaluer son niveau de saleté et les sources de salissures par rapport à une moyenne ». En outre, l’Association travaille sur des solutions afin d’optimiser la propreté urbaine. « L’objectif est de réduire le nettoiement, en responsabilisant l’ensemble des usagers ». Il ajoute : « En revanche, il est nécessaire de communiquer sur les règles afin que ces dernières soient claires, comprises par tous. La communication qui marche est celle qui se répète. Les futurs métiers de la propreté urbaine seront autour de la médiation urbaine. Nous devons communiquer auprès du voisin, celui qui est témoin d’un dépôt sauvage. On doit lui expliquer qui ce qui vient de se faire n’est pas la norme. Le Grand Lyon l’a bien compris et organise des « scènes de crime » autour de dépôts sauvages survenus dans la rue ». 

    Une opinion que partage Madame Elise FINANTZ, maire-adjointe à Rouffach (4 561 habitants) : « Nous réalisons tous les 6 mois une campagne d’information dans notre bulletin municipal pour rappeler à nos habitants les petites choses du quotidien dont ils sont responsables et qui rendent notre ville plus belle : la mise à disposition de sacs canins pour les déjections de leur chien, le désherbage autour de leur maison, le balayage de la neige en hiver.

    Monsieur Hervé GUILLAUME
    Délégué général à l’AVPU

    Madame Elise FINANTZ
    Maire-adjointe à Rouffach

    Au-delà d’une communication à répétition, cette dernière doit être de proximité : c’est pour cela Monsieur Christophe NEUMANN, présente des exemples d’actions de médiation urbaine comme à Dax7 (Landes, 20 364 habitants) où des propriétaires de chien vont directement à la rencontre d’autres propriétaires pour les sensibiliser et les informer que le non ramassage de déjections canines peut leur coûter jusqu’à 35 euros d’amende. Un Code de la Rue8 a été mis en place à Nice (Alpes-Maritimes, 344 870 habitants), qui explique en 10 gestes simples comment se comporter en éco-citoyen en ville. Monsieur Hervé GUILLAUME complète : « Appuyez-vous sur vos relais naturels : les enfants pour communiquer les bons gestes aux parents, les vétérinaires et les clubs canins pour sensibiliser les propriétaires de chien… ».  

    Monsieur Christophe NEUMANN conseille aux élus d’organiser un spectacle de sensibilisation à destination des enfants, ces derniers pouvant être accompagnés par leurs parents : « La troupe du Chapiteau Vert9 se déplace dans toute la France pour proposer des spectacles sur le tri des déchets, le réchauffement climatique… Mais vous pouvez faire appel à des troupes de théâtre locales afin de monter ce type de projet dans votre commune ».

    Enfin pour clore cette première partie, Monsieur Christophe NEUMANN pointe du doigt les deux déchets pour lesquels les citoyens n’ont pas de gêne à les jeter par terre : « Les chewings-gums et les mégots de cigarette ». Aussi, des communes se sont emparées à bras le corps de ces sujets. C’est le cas de Besançon (Doubs, 115 879 habitants) qui a lancé sa campagne Met la gum sur la propreté0 et a installé des panneaux à chewings-gums originaux aux abords des établissements scolaires notamment. 

    Quelles sont les structures existantes et les moyens à mettre en œuvre ?

    Afin de mieux sensibiliser les plus jeunes aux questions environnementales, des associations sont présentes localement et proposent des animations à destination des scolaires et du grand public sur les thématiques environnementales. Une visite d’un centre de tri peut également s’avérer être plus parlante que des mots : « Les élèves de notre école sont allés visiter le centre de tri à Aspach car ils se demandaient ce que devenaient les sacs jaunes après les avoir triés » témoigne Madame Michelle DUDA, maire-adjointe à Sausheim.  

    Madame Michelle DUDA
    Maire-adjointe à Sausheim

    Madame Stéphanie BENEY présente le programme Jeunes Reporters pour l’environnement11, qui peut facilement être développé dans des centres de loisirs/d’animation et en périscolaires : « C’est un concours destiné aux jeunes de 11 à 21 ans. Seul ou en équipe, ce programme permet aux jeunes de réaliser un reportage vidéo, photo, audio ou manuscrit sur un sujet environnemental et local de leur choix ». 

    Les cantines scolaires sont un endroit idéal de sensibilisation des éco-gestes à adopter lors des repas. Par exemple, la cantine scolaire de Buxerolles (Vienne, 9 992 habitants) a mis en place un gâchimètre : aussi, les enfants sont invités pendant une semaine à jeter leur pain en fin de repas dans un gâchipain transparent. Le gâchis ainsi généré est visible et très parlant. La cantine peut également se voir équipée d’un self afin de permettre aux enfants d’évaluer la taille de leur portion et de servir les quantités de nourriture adaptées à leur appétit.

    Monsieur Christophe NEUMANN souligne un aspect important de la valorisation des bénévoles : « En prenant les volontaires en photo à la fin du nettoyage et en la publiant dans le bulletin municipal ou la presse locale, vous les transformez en relais. Ils se sentiront investi d’une mission et seront reconnus comme référent de la propreté par leur entourage ». Monsieur José SCHRUOFFENEGER, maire de Moosch (1 721 habitants) rebondit sur ces propos pour présenter les actions de la commune, qui incite ses administrés à devenir acteurs de leur cadre de vie : « Nous leur dédions un bulletin municipal entier pour valoriser leur action de nettoyage de la commune. Par ailleurs, nous impliquons beaucoup les jeunes : nous réalisons des panneaux que nous installons dans les rues où nous rencontrons des problèmes de propreté, en indiquant que ce sont nos enfants qui marchent dans les déjections canines laissées par terre. De plus, nous avions réalisé avec un précédent Conseil Municipal des Enfants une collecte de mégots que nous avions mis dans des gobelets en plastique transparent, pris en photo et publié dans notre bulletin municipal. Le résultat était sans appel » affirme-t-il. 

    Monsieur José SCHRUOFFENEGER
    Maire de Moosch

    Madame Colette MEYBLUM
    Maire-adjointe à St-Hippolyte

    Madame Michelle KOEBERLE
    Maire-adjointe à Guémar

    Monsieur Michel KNOERR
    Président du SMTC

    Monsieur Régis OCHSENBEIN
    Directeur du SIVOM Mulhouse

    Madame Colette MEYBLUM, maire-adjointe à Saint-Hippolyte (1 028 habitants) a trouvé une solution pour vaincre l’amoncellement de dépôts sauvages de la commune autour de ses conteneurs d’apport volontaire : « Nous avons installé des conteneurs enterrés en face d’habitations, au centre du village. Les voisins sont devenus des « gendarmes de l’environnement » et nous signalent tout dysfonctionnement, comme par exemple la plaque d’immatriculation d’une voiture venue déposer des déchets sauvages. Nous remarquons réellement la différence entre ces conteneurs et ceux que nous avons gardé à l’écart du village, régulièrement dégradés et victimes de dépôts sauvages ». Monsieur Christophe NEUMANN renchérit : « Votre exemple met en lumière le phénomène de contrôle social : en effet, le comportement d’un individu est conditionné par la perception des autres. Si vous installez vos points d’apport volontaire à l’extérieur de la commune ou si vous les entourez de palissades, l’individu pourra venir déposer ce qu’il veut à l’abri des regards ».

    La fierté des habitants de la commune peut également être développée au travers de la participation à un concours de jardins et balcons fleuris (au niveau communal ou national), comme le souligne Madame Michelle KOEBERLE, maire-adjointe à Guémar (1 352 habitants).

    Enfin, les syndicats de traitement des déchets viennent en aide aux communes souhaitant bénéficier d’animations spécifiques ou de jeux ludiques. Au Syndicat Mixte du Thann Cernay, Monsieur Michel KNOERR, Président, explique le travail réalisé par ses équipes dans le milieu scolaire, notamment avec la mise à disposition, sur simple demande, de jeux clef-en-main. « En outre, nous avons mis en place depuis quelques mois une équipe d’ambassadeurs du tri « seniors », brigade dont la mission principale est la communication auprès des habitants en porte-à-porte dans le but de corriger les erreurs de tri et d’informer les usagers sur les consignes de tri en vigueur ».

    Au SIVOM de la région mulhousienne, la sensibilisation des scolaires aux enjeux du tri et du recyclage des déchets a débuté il y a déjà une quinzaine d’années : « Ainsi, ce sont près de 300 écoles de la région mulhousienne qui sont concernées par ces animations, soit 5 000 à 6 000 jeunes, de la maternelle au primaire » précise Monsieur Régis OCHSENBEIN, directeur du syndicat.

    Comment faciliter les comportements éco-responsables des citoyens ?

    L’ensemble des élus présents s’accorde sur l’importance que jouent les enfants, notamment dans la transmission des gestes éco-responsables auprès de leur entourage. Pour Madame Sandra MAURIOL, maire-adjointe à la mairie de Munchhouse (1 617 habitants), « l’éducation doit se faire dans l’autre sens et ce sont les enfants qui doivent montrer le bon exemple à leurs parents ». A Sausheim, Madame Danièle MIMAUD raconte que les jeunes employés pendant les vacances d’été par la mairie sont en charge du ramassage des déchets notamment. « Un bon moyen de les sensibiliser à ne pas jeter leurs déchets par terre, pour qu’ils sensibilisent à leur tour leurs amis ». Initiative que félicite Madame Annie DEVEY, maire-adjointe à Schlierbach (1 137 habitants).

    Madame Sandra MAURIOL
    Maire-adjointe à Munchhouse

    Madame Annie DEVEY
    Maire-adjointe à Schlierbach

    Monsieur Julien CHAZERAND
    Directeur de la propreté urbaine

    Le respect et le maintien de la propreté d’une commune peut passer par l’implication directe des habitants dans la valorisation de l’espace public. Aussi, Monsieur Christophe NEUMANN présente la démarche de Verrières-le-Buisson (Essonne, 15 612 habitants) et de Consegudes (Alpes-Maritimes, 93 habitants) qui ont repeint des conteneurs électriques ou des murs régulièrement dégradés, par des tags conçus et réalisés en collaboration avec les conseils de quartiers et les jeunes concernés : « Ces graffs sont beaux, faciles d’entretien et respectés par la population, qui les intègre totalement dans leur cadre de vie ».

    A Mulhouse (10 755 habitants), Monsieur Julien CHAZERAND, directeur de la propreté urbaine, partage avec les élus la nécessité d’engager une multitude d’actions complémentaires afin d’améliorer le cadre de vie des habitants, tout en prévenant la souillure des rues. « Dans une volonté de coller au plus près aux attentes de nos habitants, nous avons d’ailleurs mis en place des conseils citoyens, qui offrent la possibilité à nos administrés de s’exprimer librement sur le devenir de leur Ville et leurs souhaits ».

    Eco-Emballages propose gratuitement des outils afin de sensibiliser les jeunes aux enjeux du développement durable pour ensuite relayer ces informations à la maison. Le kit pédagogique gratuit Tri-Master12 est à commander dès aujourd’hui par les mairies. De plus, l’abonnement pour le magazine trimestriel des éco-citoyens Eco-Junior est désormais possible pour les enseignants et bibliothèques sur le site www.ecojunior.fr.

    Des évènements peuvent être organisés par les enfants pour leurs parents. Certaines communes organisent d’ailleurs des goûters 0 déchet et des spectacles de marionnettes en récup-art afin de les sensibiliser aux gestes éco-citoyens.

    Pour conclure cette après-midi d’échanges, Madame Stéphanie BENEY partage les résultats de l’étude Eco-Ecole réalisée en septembre 201413 : « 78% des parents répondants (8 parents sur 10) disent avoir mis en place un ou plusieurs gestes sur la gestion des déchets suite au travail de leur enfant. Les principaux gestes sont le recyclage des piles (71%) et le tri des déchets (67%). 86% des parents répondants disent mieux trier les déchets depuis le projet Eco-Ecole. Ce sont des chiffres très encourageants, qui démontrent bien l’impact positif des projets Eco-Ecole sur les comportements éco-responsables ensuite adoptés par les parents ». 

     

     

    Pour aller plus loin – les liens utiles

    1 Les mots du Maire, AMF, novembre 2013

    2 Enquête Viavoice, mars 2014

    3 Baromètre des Français et le geste de tri disponible sur : www.ecoemballages.fr/sites/default/files/files/espace-presse/dossierdepresse_ee_resultats_campagne_juin2014.pdf

    4 Site de l’of-FEEE : www.f3e.org

    5 Manuel disponible sur le site Eco-Ecole : www.eco-ecole.org

    6 Pour en savoir plus sur l’AVPU : www.avpu.fr

    7 Pour en savoir plus sur la démarche propreté de la ville de Dax : www.dax.fr/demarche-proprete

    8 Pour en savoir plus sur le Code de la Rue : http://www.36000pourletri.fr/les-initiatives-locales/detail-initiative/article/le-code-de-la-rue-nice-alpes-maritimes.html

    9 Le Chapiteau Vert : www.lechapiteauvert.fr

    10 Pour en savoir plus sur la campagne Met la gum sur la propreté de Besançon : www.eisenia.coop/assets/Uploads/Documents/besanongum2010.pdf

    11 Jeunes Reporters pour l’Environnement : www.jeunesreporters.org

    12 Commande de Tri-Master sur le site : www.trimaster.fr

    13 Résultats de l’étude disponible sur : www.eco-ecole.org/component/flexicontent/8-actualites/11654-premiere-etude-nationale-eco-ecole.html