Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

Les rencontres
36000 pour le tri

Rencontre Vert-le-Grand

Propreté et espace public
11 septembre 2015

Monsieur le maire, Président de l’Union des Maires de l’Essonne, Jean-Raymond HUGONET, a invité le 11 septembre dernier à l’éco-site de Vert-le-Grand les maires et élus locaux à se réunir pour partager leurs témoignages et initiatives locales en matière d’environnement et de développement durable, sur la thématique « Propreté et Espace Public ».

Monsieur Johann LECONTE – directeur relations élus locaux et associations, Monsieur Olivier LE CLECH – directeur de la région Ile-de-France (Eco-Emballages), Monsieur Christophe NEUMANN – chef de projet 36 000 pour le tri et Monsieur Hervé GUILLAUME – délégué général de l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine (AVPU), étaient également présents. Monsieur Patrice DREVET animait la rencontre et veillait à son bon déroulement, en donnant la parole aux élus présents.

Vert-le-grand, le 11 septembre 2015

Le cadre de vie, et en particulier le tri sélectif, représente la plus forte attente des habitants vis-à-vis de leur maire1. En effet, 67% des habitants placent l’amélioration du cadre de vie en première compétence des élus2. Le maire est donc le premier référent des habitants et le prescripteur légitime du geste de tri.

Aussi, pour répondre aux attentes des citoyens sur ces sujets, Eco-Emballages et l’AMF ont décidé de lancer le programme de rencontres thématiques 36 000 pour le tri : depuis 2012, 57 rencontres ont été organisées dans toute la France afin de partager expériences et initiatives locales entre les maires de chacune des 36 000 communes de France sur les thématiques relevant de leurs responsabilités et touchant aux questions environnementales. 

Comment assurer durablement la propreté de l’espace public ?

Pour introduire cette demi-journée, Monsieur Jean-Raymond HUGONET, Président de l’Union des Maires de l’Essonne (UME), remercie la mobilisation des élus présents et tient à souligner l’utilité des matinales organisées par l’UME : « Cette 57ème rencontre 36 000 pour le tri est l’occasion de partager ensemble les expériences de chacun et de vous transmettre des éléments concrets, des recueils d’idées ».

Monsieur Olivier LE CLECH, directeur régional chez Eco-Emballages, insiste sur le rôle fondamental des élus locaux dans la transformation du dispositif de tri et de recyclage : « Nous quittons l’aire du déploiement. Désormais, le geste de tri est le 1er geste environnemental des français. Nous arrivons maintenant à l’aire de l’optimisation, dans le but de gagner en quantité triée et en économies ». Il ajoute : « Aujourd’hui, nous ne recyclons pas encore tous les emballages plastiques. C’est un sujet fondamental auprès des habitants, qui perçoivent souvent le geste de tri comme un acte compliqué. Aussi, l’extension des consignes plastiques est un combat que nous devons mener ensemble, sur le terrain ». 

Monsieur Jean-Raymond HUGONET
Président de l’UME

Monsieur Olivier LE CLECH
Directeur régional (Eco-Emballages

Monsieur Hervé GUILLAUME, délégué général de l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine (AVPU)3, présente les missions de l’Association et notamment de la grille d’évaluation de la propreté conçu avec ses adhérents : « Nous avons en effet construit un outil de mesure de la non-propreté d’une ville. Grâce à une méthodologie simple de comptage des déchets au sol, une commune peut comparer ses résultats par rapport à ceux d’autres villes intégrées dans le référentiel. Elle peut ainsi se situer et évaluer son niveau de saleté et les sources de salissures par rapport à une moyenne ». En outre, l’Association travaille sur des solutions afin d’optimiser la propreté urbaine. « L’objectif est de réduire le nettoiement, en responsabilisant l’ensemble des usagers ». Monsieur Johann LECONTE, directeur des relations élus locaux et associations, complète sur le fait que l’habitant qui trie chez lui n’ira pas jeter ses papiers par terre.

Monsieur Johann LECONTE
Directeur relations élus et associations

Madame Valérie MICK LANNEAU
Maire-adjointe à Fontenay-le-Vicomte

Monsieur Hervé GUILLAUME
Délégué général à l’AVPU

Lors du tour de table présidé par Monsieur Patrice DREVET, animateur des rencontres 36 000 pour le tri, la majorité des élus exprime sa difficulté face à l’abondance des dépôts sauvages. Un avis que partagent Madame Valérie MICK-LANNEAU, 1ère adjointe à la mairie de Fontenay-le-Vicomte (1 283 habitants) et Monsieur Gilles LELU, maire de Guibeville (709 habitants).

Pour Monsieur Jean-Pierre DUBOIS, conseiller municipal à Mereville (3 160 habitants), la solution est simple : « Nous avons régulièrement des camions d’artisans qui déposent des gravats sur nos chemins municipaux. De plus, nous rencontrons de gros problèmes de déjections canines dans nos rues. Pour moi, il faut prendre ces citoyens sur le vif pour les sanctionner par une amende. Ce n’est pas toujours simple, mais ceux que nous arrivons à réprimander servent d’exemple ».

Monsieur Jean-Pierre DUBOIS
Conseiller municipal à Mereville

Monsieur Alexandre SPADA
Maire d’Itteville

Monsieur Christophe NEUMANN
Chef de projet 36 000 pour le tri

Monsieur Alexandre SPADA, maire d’Itteville (6 613 habitants), rencontre également des difficultés pour maintenir la propreté des rues de sa commune : « Notre commune est semi-rurale. J’utilise bien entendu mes pouvoirs de police mais ces derniers ne sont pas assez étendus pour être assez efficaces ». « Il n’existe pas de solutions miracles contre les déchets sauvages » conclut Monsieur Hervé GUILLAUME sur le sujet.

« En revanche, il est nécessaire de communiquer sur les règles afin que ces dernières soient claires, comprises par tous. La communication qui marche est celle qui se répète ». Il ajoute : « Les futurs métiers de la propreté urbaine seront autour de la médiation urbaine. Nous devons communiquer auprès du voisin, celui qui est témoin d’un dépôt sauvage. On doit lui expliquer qui ce qui vient de se faire n’est pas la norme. Le Grand Lyon l’a bien compris et organise des « scènes de crime » autour de dépôts sauvages survenus dans la rue ».

Ces enjeux ont déjà été compris par certaines municipalités françaises. En effet, Monsieur Christophe NEUMANN, chef de projet 36 000 pour le tri, présente des exemples d’actions de médiation urbaine comme à Dax4 (Landes, 20 364 habitants) où des propriétaires de chien vont directement à la rencontre d’autres propriétaires pour les sensibiliser et les informer que le non ramassage de déjections canines peut leur coûter jusqu’à 35 euros d’amende. Un Code de la Rue5 a été mis en place à Nice (Alpes-Maritimes, 344 870 habitants), qui explique en 10 gestes simples comment se comporter en éco-citoyen en ville. Une brigade de Lutte contre les Atteintes au Cadre de Vie (LAC) fait respecter ce code et face au succès de ce document, une version junior est désormais proposée. 

« Il existe encore deux déchets pour lesquels les citoyens n’ont pas de gêne à les jeter par terre : les chewings-gums et les mégots de cigarette » souligne Monsieur Christophe NEUMANN. Aussi, des communes se sont emparées à bras le corps de ces sujets. C’est le cas de Besançon (Doubs, 115 879 habitants) qui a lancé sa campagne Met la gum sur la propreté6 et a installé des panneaux à chewings-gums originaux aux abords des établissements scolaires notamment.

Quels sont les moyens à mettre en œuvre afin de garantir la propreté ?

Monsieur Christophe NEUMANN souligne un aspect important de la valorisation des bénévoles : « En prenant les volontaires en photo à la fin du nettoyage et en la publiant dans le bulletin municipal ou la presse locale, vous les transformez en relais. Ils se sentiront investi d’une mission et seront reconnus comme référent de la propreté par leur entourage ». Il insiste également sur l’impact du contrôle social dans les actes de dépôts sauvages : « Le comportement d’un individu est conditionné par la perception des autres. Si vous installez vos points d’apport volontaire à l’extérieur de la commune ou si vous les entourez de palissades, l’individu pourra venir déposer ce qu’il veut à l’abri des regards ». La fierté des habitants de la commune peut également être développée au travers de la participation à un concours de jardins et balcons fleuris (au niveau communal ou national). Dans la commune de Villabé (5 168 habitants), Monsieur Karl DIRAT, maire, explique que la participation à ce concours permet de préserver le cadre de vie de ses habitants. 

Monsieur Karl DIRAT
Maire de Villabe

Monsieur Bernard SCHMITT
Maire-adjoint à Soisy-sur-Ecole

Monsieur Thomas JOLY
Maire de Verrières-le-Buisson

Dans la commune de Soisy-sur-Ecole (1 365 habitants), Monsieur Bernard SCHMITT, adjoint au maire, explique que la volonté de la commune de ne plus utiliser de produits phytosanitaires pour l’entretien de ses espaces verts à amener une dégradation au niveau du cimetière. « Du coup, nous invitons les habitants à venir nettoyer les alentours avant la Toussaint ».Les initiatives de nettoyage de printemps se multiplient dans de nombreuses communes, et ce sont petits et grands qui participent ainsi à la propreté de leurs rues, dans une ambiance conviviale.

Un partenariat avec des associations nationales (comme Vacances Propres7) ou l’obtention d’un label (Pavillon Bleu8, Clef Verte9) peuvent également contribuer au maintien de la propreté des rues des communes. Monsieur Thomas JOLY, maire de Verrières-le-Buisson (15 612 habitants) et initiateur en France du Pavillon Bleu, raconte : « Nous avons initié cette démarche il y a 30 ans, avec Eco-Emballages notamment. Nous réalisons depuis des campagnes de sensibilisation des élus et du grand public. Le fil rouge de ce label de qualité concerne la propreté des eaux de baignage, les déchets, l’urbanisme… ». Il conseille d’ailleurs aux élus présents de s’inspirer des critères de labellisation du Pavillon Bleu pour les appliquer à leur propre stratégie développement durable. 

Monsieur Claude BOISRIVEAU
Maire-adjoint à Lisses

Madame Danielle LIONNET
Maire-adjointe à Ormoy-la-Rivière

Monsieur Gérard PASTOR
Maire-adjoint à Breuillet

Monsieur Jean-Baptiste ROUSSEAU
Maire de Soisy-sur-Seine

Comment faciliter les comportements éco-responsables des citoyens ?

Le respect et le maintien de la propreté d’une commune peut passer par l’implication directe des habitants dans la valorisation de l’espace public. Aussi, Monsieur Thomas JOLY partage la démarche originale que la mairie a mis en œuvre afin de lutter contre les tags : « Nous réalisons chaque année 2 graffs en faisant participer les jeunes des écoles ou des quartiers concernés avec des artistes. Nous avons également un partenariat avec ERDF pour embellir les conteneurs électriques. Ce programme est entrepris depuis une dizaine d’années. Ces graffs sont beaux, faciles d’entretien et respectés par la population, qui les a totalement intégrés dans leur cadre de vie ». A Lisses (7 447 habitants), Monsieur Claude BOISRIVEAU, maire-adjoint, explique que ce sont les jeunes du Conseil Municipal qui ont repeint les transformateurs ERDF et les tunnels de la commune. A Ormoy-la-Rivière (933 habitants), Madame Danielle LIONNET, 1ère adjointe, souligne les actions également entreprises par le Conseil Municipal des Jeunes : « Afin de lutter contre les déjections canines, les enfants ont eux-mêmes réalisé une affiche que nous avons plastifiée et accrochée à divers endroits stratégiques de la commune. Nous pouvons lire : « On vous aime bien, mais sans vos besoins » ».

Les élus parlent aujourd’hui de propreté, encore faut-il avoir un dispositif, visible et efficace, pour permettre la collecte et le tri des déchets. A Breuillet (8 408 habitants), Monsieur Gérard PASTOR, adjoint au maire, met en lumière le partenariat développé avec le SICTOM : « Nous avons installé un couple de conteneurs papier-verre pour 700 habitants. Par ailleurs, des ambassadeurs du tri sont venus à l’école sensibiliser les enfants au tri et au recyclage des déchets. Après avoir conçu une boîte à déchets, ces derniers ont participé à un « concours papier » pour favoriser le dépôt dans les conteneurs. Au-delà du ramassage gratuit qu’a effectué PAPREC, nous avons réalisé une économie de 400 euros par tonne. De plus, nous avons obtenu une subvention d’Eco-Folio qui nous permettra de baisser notre Taxe d’Ordures Ménagères ».  

Monsieur Jean-Baptiste ROUSSEAU, maire de Soisy-sur-Seine (6 795 habitants), a décidé d’installer une ressourcerie pour limiter les dépôts et ainsi responsabiliser ses habitants : « Ainsi, une association s’occupe d’exploiter les encombrants, les réutilise et les revend ». A Dardilly (Rhône, 8 519 habitants), la commune responsabilise pour sa part ses associations et apporte un bonus lors de l’attribution de ses subventions pour celles engagées dans une démarche de développement durable (investissements dans de la vaisselle réutilisable, communication responsable…). « Certaines communes décident également de mettre en place une caution incitative lors de la location de leur salle des fêtes communale : si le tri est bien fait, les organisateurs récupèrent leur caution » précise Monsieur Christophe NEUMANN.

La sensibilisation des habitants peut également se faire par l’interpellation, de façon humoristique. Monsieur Hervé GUILLAUME commente la campagne de l’Eurométropole de Strasbourg (Bas-Rhin, 28 communes, 473 375 habitants) sur les déjections canines10 : « Arrêtons de montrer du doigt les propriétaires de chien qui ne ramassent pas. Utilisons une communication plus positive, en félicitant ceux qui ramassent. Car ce sont eux, la majorité et la norme ».

Les jeunes, et plus particulièrement les enfants, sont de formidables relais des gestes éco-responsables à adopter auprès de leur entourage, en particulier celui du tri des déchets. Aussi, Eco-Emballages met gratuitement à la disposition des mairies le kit pédagogique clef-en-main Tri-Master. L’inscription se fait en ligne par les mairies sur le site www.trimaster.fr.

 

Pour conclure cette matinée riche en échanges, Monsieur Johann LECONTE insiste sur le rôle clef des maires dans la préservation du cadre de vie de leurs habitants : « Ce sont les maires qui ont déployé le tri sur le territoire français dans les années 1990. Il y a encore du travail à faire, même si le dispositif est déjà mis en place au sein de votre commune. Vos administrés vous attendent sur les questions de propreté et de tri. Vos échanges ont bien démontrés qu’il existe de nombreux leviers de progression pour améliorer la collecte sélective et la propreté sur le territoire ».

 

Pour plus d’informations sur la rencontre et le programme de rencontres 36 000 pour le tri, rendez-vous sur www.36000pourletri.fr

Pour aller plus loin – les liens utiles :

1 Les mots du maire, AMF, novembre 2013

2 Enquête Viavoice, mars 2014

3 Site Internet de l’Association : www.avpu.fr

4 Pour en savoir plus sur la démarche propreté de la ville de Dax : www.dax.fr/demarche-proprete

5 Pour en savoir plus sur le Code de la Rue : http://www.36000pourletri.fr/les-initiatives-locales/detail-initiative/article/le-code-de-la-rue-nice-alpes-maritimes.html

6 Pour en savoir plus sur la campagne Met la gum sur la propreté de Besançon : www.eisenia.coop/assets/Uploads/Documents/besanongum2010.pdf

7 Site de l’Association : www.vacancespropres.com

8 Site de l’Association : www.pavillonbleu.org

9 Site de l’Association : www.laclefverte.org  

10 Pour en savoir plus sur la campagne de l’Eurométropole de Strasbourg :  http://www.strasbourg.eu/environnement-qualite-de-vie/tous-pour-une-ville-propre