Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

Les rencontres
36000 pour le tri

Rencontre Sury-en-Vaux

Propreté et espace public
12 octobre 2015

Monsieur le Sénateur-Maire, Président de l’Association des maires du Cher, Rémy POINTEREAU, a invité le 12 octobre dernier à la salle des fêtes de Sury-en-Vaux les maires et élus locaux à se réunir pour partager leurs témoignages et initiatives locales en matière d’environnement et de développement durable, sur la thématique « Propreté et Espace Public ».

Monsieur Hervé GUILLAUME – délégué général de l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine (AVPU) et Monsieur Pascal HENAUX – directeur de la région Centre chez Eco-Emballages, étaient également présents. Monsieur Patrice DREVET animait la rencontre et veillait à son bon déroulement, en donnant la parole aux élus présents.

Cher, le 12 octobre 2015

Le cadre de vie, et en particulier le tri sélectif, représente la plus forte attente des habitants vis-à-vis de leur maire1. En effet, 67% des habitants placent l’amélioration du cadre de vie en première compétence des élus2. Le maire est donc le premier référent des habitants et le prescripteur légitime du geste de tri.

Aussi, pour répondre aux attentes des citoyens sur ces sujets, Eco-Emballages et l’AMF ont décidé de lancer le programme de rencontres thématiques 36 000 pour le tri : depuis 2012, 63 rencontres ont été organisées dans toute la France afin de partager expériences et initiatives locales entre les maires de chacune des 36 000 communes de France sur les thématiques relevant de leurs responsabilités et touchant aux questions environnementales. 

Pour introduire cette demi-journée, Monsieur Rémy POINTEREAU, Sénateur-Maire et Président de l’Association des maires du Cher, accueille les élus en les remerciant pour leur forte mobilisation. « Dans un contexte de fiscalité toujours plus importante, il est essentiel de se rassembler et de partager les solutions à mettre en place pour baisser les coûts, notamment ceux du traitement et de la collecte des déchets ». 

Monsieur Rémy POINTEREAU
Sénateur-Maire et PAD du Cher

Monsieur Pascal HENAUX
Directeur région Centre

Monsieur Pascal HENAUX, directeur de la région Centre d’Eco-Emballages, présente les chiffres clefs du département et de la région en matière de performances de tri et de recyclage : « Le Cher n’a pas à rougir de ses performances, bien au contraire. Les habitants du département trient en moyenne 52 kg d’emballages ménagers par habitant et par an, contre 46 kg pour la moyenne nationale ». 

Comment assurer durablement la propreté de l’espace public ?

Monsieur Hervé GUILLAUME, délégué général de l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine (AVPU)3, présente les missions de l’Association et notamment de la grille d’évaluation de la propreté conçu avec ses adhérents :

MonsieurHervé GUILLAUME
Délégué général AVPU

« Nous souhaitions concevoir un outil permettant d’analyser le niveau de salissure des villes, petites et grandes. Aussi, nous avons mis au point une méthodologie simple de comptage des déchets au sol. Une commune peut comparer ses résultats par rapport à ceux d’autres villes intégrées dans le référentiel. Elle peut ainsi se situer et évaluer son niveau de saleté et les sources de salissures par rapport à une moyenne ». En outre, l’Association travaille sur des solutions afin d’optimiser la propreté urbaine.

« L’objectif est de réduire le nettoiement, car nettoyer toujours plus coûte de plus en plus cher et cela déresponsabilise les usagers. Pourquoi ne pas inventer un nouveau métier, celui d’ambassadeur de la propreté, qui irait au contact des habitants pour leur réexpliquer les règles du bien-vivre ensemble ? ». 

Monsieur Jean-Claude RIMBAULT
Maire de Sury-es-Bois

Lors du tour de table présidé par Monsieur Patrice DREVET, animateur des rencontres 36 000 pour le tri, de nombreux élus s’accordent sur les problématiques causées par les encombrants… et les pigeons ! C’est notamment le cas dans la commune de Sury-es-Bois (260 habitants) : « Nos habitants comprennent qu’il est important d’entretenir la propreté de l’espace public et ils jouent le jeu de manière générale. En revanche, les déjections de pigeons et les dépôts sauvages d’encombrants nous causent de sérieux soucis » témoigne  Monsieur Jean-Claude RIMBAULT, maire de la commune.

« Deux raisons peuvent expliquer la concentration des pigeons : la présence d’un lieu de nichage ou de nourrissage. Dans le 1er cas, il faut condamner les combles des vieux bâtiments pour les empêcher de nicher. Dans le 2ème cas, je vous invite à aller discuter avec les nourrisseurs pour leur demander de concentrer leur nourriture à un endroit donné, que vous aurez choisi » propose Monsieur Hervé GUILLAUME. « En ce qui concerne les encombrants, des solutions existent : vous pouvez, par exemple, organiser un covoiturage d’encombrants entre voisins, qui leur permettraient de s’organiser dans la solidarité pour aller déposer les encombrants à la déchèterie. Cette solution est particulièrement utile pour les personnes âgées, qui peinent à se déplacer » ajoute-t-il. Cette solution peut être adaptée afin de venir en aide aux personnes âgées de manière générale : « L’un de nos employés communaux passe une fois par mois chez les personnes âgées pour récupérer leurs emballages triés » explique Monsieur Jean-Paul JAMET, adjoint à Bué (365 habitants)

Monsieur Jean-Paul JAMET
Adjoint à Bué

Monsieur Pierre DUCASTEL
Maire de la Guerche-sur-l’Aubois

Au-delà des pigeons, les propriétaires de chien font également preuve d’incivilité. En réponse à cette problématique, Monsieur Pascal HENAUX présente des exemples d’actions de médiation urbaine comme à Dax4 (Landes, 20 364 habitants) où des propriétaires de chien vont directement à la rencontre d’autres propriétaires pour les sensibiliser et les informer que le non ramassage de déjections canines peut leur coûter jusqu’à 35 euros d’amende. Un Code de la Rue5 a été mis en place à Nice (Alpes-Maritimes, 344 870 habitants), qui explique en 10 gestes simples comment se comporter en éco-citoyen en ville. Une brigade de Lutte contre les Atteintes au Cadre de Vie (LAC) fait respecter ce code et face au succès de ce document, une version junior est désormais proposée. 

Monsieur Hervé GUILLAUME rebondit : « Appuyez-vous sur vos relais naturels : les enfants pour communiquer les bons gestes aux parents, les vétérinaires et les clubs canins pour sensibiliser les propriétaires de chien… ». Il ajoute enfin : « Pensez au rôle de médiateur, à l’importance du dialogue. Une personne prise en flagrant délit d’un dépôt sauvage par exemple va être très agressive, sur la défensive. Il faut la mettre en situation d’accueil. J’ai travaillé avec une commune dans le but de former ses jardiniers à souhaiter la bienvenue aux habitants entrant dans le parc communal avec leur chien ». 

Par ailleurs, des incivilités sont remarquées aux abords des espaces fréquentés par les jeunes adolescents des communes. Monsieur Pierre DUCASTEL, maire de la Guerche-sur-l’Aubois (3 379 habitants) explique : « Les jeunes laissent derrière eux leurs bouteilles et canettes d’alcool lorsqu’ils quittent leur point de rassemblement dans le village. Ils laissent également leurs mégots par terre ». « Il existe encore deux déchets pour lesquels les citoyens n’ont pas de gêne à les jeter par terre : les chewings-gums et les mégots de cigarette » poursuit Monsieur Pascal HENAUX. Aussi, des communes se sont emparées à bras le corps de ces sujets. C’est le cas de Besançon (Doubs, 115 879 habitants) qui a lancé sa campagne Met la gum sur la propreté6 et a installé des panneaux à chewings-gums originaux aux abords des établissements scolaires notamment. 

Quels sont les moyens à mettre en œuvre afin de garantir la propreté ?

Pour certaines communes, la participation au concours national de villes et villages fleuris ou l’organisation d’un concours communal de fleurissement peut jouer un grand rôle dans l’embellissement des communes et contribue au sentiment de fierté des habitants de la propreté de leur commune. « Il me semble que nos petits villages ruraux sont davantage respectés par les administrés. A Sury-es-Bois, nous accordons beaucoup d’importance au fleurissement de notre commune. Les administrés ont de ce fait la sensation d’habiter une commune propre. Ils en prennent donc soin » témoigne Monsieur le maire. Vision que partage Monsieur Thierry DUPREZ, maire de Charentonnay (310 habitants) : « Les gens se sentent investis d’une mission de propreté et fleurissent bien volontiers leur jardin et balcon ». 

A Mery-es-Bois (590 habitants), « Le réaménagement du bourg et de nos voiries fait que les habitants ont plaisir à entretenir leur extérieur et balayer devant chez eux car notre cadre de vie est flambant neuf » se félicite Monsieur Gilbert ETIÈVE, maire

Monsieur Gilbert ETIÈVE
Maire de Mery-es-Bois

Monsieur Camille de PAUL de BARCHIFONTAINE, maire de Soulangis (466 habitants), « Notre commune donne une impression globale de propreté. Aujourd’hui, nous sensibilisons les habitants à ne pas jeter leurs papiers par terre mais nous devons également les sensibiliser sur notre démarche zéro phyto : une ville peut être propre même s’il subsiste des mauvaises herbes çà et là. Par ailleurs, il est de leur responsabilité de participer à l’entretien de la propreté des rues, en balayant devant chez eux et en taillant leurs haies, par exemple ». « C’est effectivement une bonne idée. Je vais donc inciter nos habitants à s’investir davantage, par le biais notamment de notre bulletin municipal » poursuit Madame Sophie CHESTIER, maire de Veaugues (681 habitants). « Et pourquoi ne pas organiser un concours du trottoir le mieux entretenu, à l’instar du concours des villages fleuris ? » propose Madame Chantal BIGNODAUX, adjointe à Rians (1 019 habitants)

Monsieur Thierry DUPREZ
Maire de Charentonnay

Monsieur Camille de PAUL de BARCHIFONTAINE
Maire de Soulangis

Madame Sophie CHESTIER
Maire de Veaugues

Madame Chantal BIGNODAUX
Adjointe à Rians
Monsieur Joël COULON
Maire de la Chapelle-d’Angillon

Monsieur Julien BARBEAU
Maire de Feux

Monsieur Bernard JAMET
Président du SMIRTOM

A La Chapelle-d’Angillon (663 habitants), Monsieur le maire Joël COULON organise tous les ans une journée de nettoyage de commune menée par des habitants bénévoles. « Je profite des vœux du maire pour leur adresser en fin d’année un courrier de remerciements manuscrit et personnalisé, soulignant leur engagement dans l’entretien de notre commune ».

Parmi les autres problématiques partagées aujourd’hui vient celle des points d’apport volontaire et du maintien de la propreté autour de ces points. Monsieur Julien BARBEAU, maire de Feux (350 habitants), a trouvé une solution : « Nous avons installé nos conteneurs à proximité des bâtiments publics. De jour comme de nuit, ces emplacements sont visibles de tous et très bien éclairés. Aussi, les personnes indélicates ont plus de scrupules à venir déposer leurs déchets sauvages. Par ailleurs, nous travaillons sur l’aspect de ces conteneurs, dans la plupart des cas en plastique et qui ne s’intègrent pas très bien dans notre cadre de vie. Aussi, nous avons fait le choix d’une démarche de redéploiement de conteneurs en bois, qui s’intègrent davantage dans nos paysages touristiques. D’autres villages de la Communauté de Communes de Sancerrois seront équipés de conteneurs en acier munis d’un habillage au choix du maire ». Monsieur Pascal HENAUX rebondit et insiste sur le contrôle social : « Le comportement d’un individu est conditionné par la perception des autres. Si vous installez vos points d’apport volontaire à l’extérieur de la commune ou si vous les entourez de palissades, l’individu pourra venir déposer ce qu’il veut à l’abri des regards ». 

Enfin, les résidences secondaires peuvent également poser problème : « Au SMIRTOM (99 communes, 60 000 habitants) nous vendons des sacs à hauteur de 100€ le lot de 25 pour les résidents « occasionnels ». Ces sacs rouges au sigle du Syndicat sont équivalents à la redevance incitative. Aussi, ils peuvent déposer leurs sacs n’importe où dans la commune et nos rippeurs ont l’obligation de les ramasser. Nous savons ainsi que ces personnes ont bien payé » souligne Monsieur Bernard JAMET, Président.

 « Il n’existe pas de solutions miracles contre les déchets sauvages » conclut Monsieur Hervé GUILLAUME sur le sujet. « Cependant, il est nécessaire de communiquer sur les règles afin que ces dernières soient claires, comprises par tous. La communication qui marche est celle qui se répète ». Il ajoute : « Les futurs métiers de la propreté urbaine seront autour de la médiation urbaine. Nous devons communiquer auprès du voisin, celui qui est témoin d’un dépôt sauvage. On doit lui expliquer que ce qui vient de se faire n’est pas la norme. Le Grand Lyon l’a bien compris et organise des « scènes de crime » autour de dépôts sauvages survenus dans la rue ».

Comment faciliter les comportements éco-responsables des citoyens ?

Le respect et le maintien de la propreté d’une commune peut passer par l’implication directe des habitants dans la valorisation de l’espace public. Aussi, Monsieur Pascal HENAUX présente la démarche originale que la commune de Verrières-le-Buisson (Essonne, 15 612 habitants) a mis en œuvre afin de lutter contre les tags : « 2 graffs sont réalisés chaque année en faisant participer les jeunes des écoles ou des quartiers concernés avec des artistes. Un partenariat avec ERDF a également vu le jour dans le but d’embellir les conteneurs électriques. Ce programme est entrepris depuis une dizaine d’années. Ces graffs sont beaux, faciles d’entretien et respectés par la population, qui les a totalement intégrés dans leur cadre de vie ».

Des équipements peuvent être installés par les communes pour éviter les lendemains de manifestations communales difficiles, où les associations ne retirent pas systématiquement les affiches et autres supports de communication placardés dans la commune : « Nous avons fait l’acquisition d’un panneau d’affichage lumineux, installé à l’entrée du village. Il permet aux associations communales de communiquer aisément sur les manifestations à venir, sans avoir besoin de coller des affiches un peu partout » explique Madame Chantal BIGNODAUX.  « Certaines communes décident également de mettre en place une caution incitative lors de la location de leur salle des fêtes communale : si le tri est bien fait, les organisateurs récupèrent leur caution » complète Monsieur Pascal HENAUX.

La sensibilisation des habitants peut se faire par l’interpellation, de façon humoristique. Monsieur Hervé GUILLAUME commente la campagne de l’Eurométropole de Strasbourg (Bas-Rhin, 28 communes, 473 375 habitants) sur les déjections canines7 : « Arrêtons de montrer du doigt les propriétaires de chien qui ne ramassent pas. Utilisons une communication plus positive, en félicitant ceux qui ramassent. Car ce sont eux, la majorité et la norme ».

Les jeunes, et plus particulièrement les enfants, sont de formidables relais des gestes éco-responsables à adopter auprès de leur entourage, en particulier celui du tri des déchets. Aussi, Eco-Emballages met gratuitement à la disposition des mairies le kit pédagogique clef-en-main Tri-Master. L’inscription se fait en ligne par les mairies sur le site www.trimaster.fr.

Monsieur Serge LAURENT
Maire de Jouet-sur-l’Aubois

Monsieur Serge LAURENT, maire de Jouet-sur-l’Aubois (1 461 habitants), accorde beaucoup d’importance à l’éducation de la jeunesse à l’école et la cantine scolaire. C’est pour cela qu’il a notamment fait appel au SMIRTOM pour que des ambassadeurs du tri animent un atelier de sensibilisation au tri des déchets et à la réduction du gaspillage alimentaire dans les classes. 

 

 

Pour conclure cette soirée riche en échanges, Monsieur Pascal HENAUX souligne le rôle essentiel de l’organisation des réunions 36 000 pour le tri, qui permettent aux élus de se rencontrer, d’échanger ensemble et surtout de remarquer qu’elles ne sont pas les seules à rencontrer les problématiques présentées aujourd’hui.

 

 

Pour aller plus loin – les liens utiles

1 Les mots du maire, AMF, novembre 2013

2 Enquête Viavoice, mars 2014

3 Site Internet de l’Association : www.avpu.fr

4 Pour en savoir plus sur la démarche propreté de la ville de Dax : www.dax.fr/demarche-proprete

5 Pour en savoir plus sur le Code de la Rue : www.36000pourletri.fr/les-initiatives-locales/detail-initiative/article/le-code-de-la-rue-nice-alpes-maritimes.html

6 Pour en savoir plus sur la campagne Met la gum sur la propreté de Besançon : www.eisenia.coop/assets/Uploads/Documents/besanongum2010.pdf

7 Pour en savoir plus sur la campagne de l’Eurométropole de Strasbourg :  http://www.strasbourg.eu/environnement-qualite-de-vie/tous-pour-une-ville-propre

Pour retrouver l’intégralité des bonnes pratiques évoquées lors des rencontres, vous pouvez télécharger la fiche pratique de la thématique propreté et espace public.

Telecharger la fiche