Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

Les rencontres
36000 pour le tri

Rencontre Port-Marly

Ecole et famille
14 octobre 2015

Monsieur Guy PELISSIER, Président de l’Union des Maires des Yvelines, maire de Béhoust, a invité le 14 octobre dernier lors de l’Université des Mairies des Yvelines à Port-Marly, les maires et élus locaux à se réunir pour partager leurs témoignages et initiatives locales en matière d’environnement et de développement durable, sur la thématique « Ecole et Famille ».

Madame Stéphanie BENEY – représentante Eco-Ecole pour l’Office français de la Fondation pour l’Education à l’Environnement en Europe, Madame Magali ORDAS – Présidente de l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine, Monsieur Olivier LE CLECH - directeur région Ile-de-France (Eco-Emballages) et Monsieur Christophe NEUMANN – chef de projet 36 000 pour le tri étaient également présents. Monsieur Patrice DREVET animait la rencontre et veillait à son bon déroulement, en donnant la parole aux élus présents.

Port-Marly, le 14 octobre 2015

Le cadre de vie et en particulier le tri sélectif représente la plus forte attente des habitants vis-à-vis de leur maire1. En effet, 67% des habitants placent l’amélioration du cadre de vie en première compétence des élus2. Le maire est donc le premier référent des habitants et le prescripteur légitime du geste de tri.

Aussi, pour répondre aux attentes des citoyens sur ces sujets, Eco-Emballages et l’AMF ont décidé de lancer le programme de rencontres thématiques 36 000 pour le tri : depuis 2012, 64 rencontres ont été organisées dans toute la France afin de partager expériences et initiatives locales entre les maires de chacune des 36 000 communes de France sur les thématiques relevant de leurs responsabilités et touchant aux questions environnementales.

Monsieur Olivier LE CLECH
Directeur régional

Monsieur Olivier LE CLECH, directeur de la région Ile-de-France (Eco-Emballages), débute la rencontre en insistant sur les enjeux du tri dans la région : « L’agglomération parisienne est très dense. Or, nous savons que l’on trie deux fois moins en ville qu’à la campagne. Il y a donc d’importants leviers de progression, en particulier en Ile-de-France et dans la région PACA ». Il ajoute : « Je souligne la dimension économique du geste de tri. Prenons l’exemple d’une tonne de verre non-triée, déposée dans le bac d’ordures ménagères : vous allez devoir payer son incinération ou enfouissement, vous ne percevrez pas les recettes versées par Eco-Emballages et vous ne pourrez pas bénéficier des recettes perçues par la revente des matériaux recyclés ». Il conclut en comparant les chiffres départementaux et régionaux : « La moyenne de tri dans les Yvelines est de 42 kg d’emballages par an et par habitant. C’est mieux que la moyenne francilienne (31 kg) mais en-deçà des performances nationales, de l’ordre de 46 kg ».

Monsieur Christophe NEUMANN, chef de projet 36 000 pour le tri, ajoute : « 67% des emballages sont triés aujourd’hui en France mais seulement 44% des Français disent trier systématiquement. On trie selon l’âge, l’espace disponible dans l’habitat et son lieu d’habitation3».

 

 

Comment sensibiliser efficacement le jeune public aux questions environnementales ?

Monsieur Guy PELISSIER
Président de l’UMY

Monsieur Guy PELISSIER, Président de l’Union des Maires des Yvelines, maire de Béhoust  (491 habitants) et Président du SIDON, annonce aux élus la mise en ligne prochaine d’un site Internet visant à simplifier l’organisation de visites du site de SIDOMPE pour les communes adhérentes : « Vous pourrez dès le début d’année prochaine réserver vos dates en ligne pour bénéficier d’un car qui assurera le transport pour vos jeunes entre l’école et le site du SIDOMPE ».

Madame Stéphanie BENEY, représentante Eco-Ecole pour l’Office français de la Fondation pour l’Education à l’Environnement en Europe4, présente le programme Eco-Ecole5 que porte l’Association : « Eco-Ecole se base sur les collectivités territoriales et les communes. Aussi, il met les élèves en situation d’apprentissage actif car ce sont eux qui vont concevoir et mettre en œuvre un projet d’amélioration environnementale de leur école. Ils réaliseront avec l’aide de leurs enseignants et des autres parties prenantes un diagnostic, proposeront des actions concrètes… C’est une démarche à long-terme, car les nombreuses thématiques d’Eco-Ecole vous permettent d’étudier la biodiversité une année, puis la thématique des déchets l’année suivante ». Elle termine : « Les dernières circulaires de l’Education à l’Environnement et au Développement Durable publiées attestent de la volonté de l’Education Nationale d’intégrer les problématiques liées au développement durable dans les programmes scolaires. Nous suivons actuellement 1 900 établissements scolaires en France et ce chiffre ne fait qu’augmenter d’année en année ». 

Madame Stéphanie BENEY
Représentante pour l’of-FEEE
Monsieur Gérard LOGANT
Adjoint à Adainville
Madame Sylvie HABERT DUPUS
Adjointe à Saint-Germain-en-Laye
Monsieur Christophe NEUMANN
Chef de projet 36 000 pour le tri
Monsieur Patrice DREVET
Animateur
Monsieur Roland HUGUET
Adjoint à Rocquencourt

Madame Sylvie HABERT DUPUS, adjointe à Saint-Germain-en-Laye (39 476 habitants) témoigne de la conduite du projet Eco-Ecole dans certaines classes de la commune : « Nous avons choisi de traiter en premier lieu la thématique « déchets ». Nous avons mené de nombreuses actions tout au long de l’année avec nos élèves et les autres membres du comité de pilotage. Cependant, je dois souligner la ferveur avec laquelle les enseignants et l’ensemble de l’équipe pédagogique se sont emparés de ce projet. Sans eux, il serait impossible de mener à bien ces actions. Nous allons d’ailleurs aller encore plus loin dans notre démarche et proposer des animations en lien avec le tri et le recyclage des déchets durant nos TAP (Temps d’Activité Périscolaire) ». Pour Monsieur Gérard LOGANT, adjoint à Adainville (759 habitants), des labels tels que celui d’Eco-Ecole doivent se généraliser car ils permettent aux villes et villages d’avoir une identité commune.

Monsieur Christophe NEUMANN partage avec les participants quelques pistes d’actions à mener, favorisant la sensibilisation des plus jeunes aux enjeux du développement durable : « Certaines communes, comme celles de Trappes (29 774 habitants) ou Guyancourt (28 039 habitants), mettent en œuvre un Conseil Municipal d’Enfants ou de Jeunes. Ce n’est pas toujours facile car il faut mobiliser les jeunes, mais les résultats sont au rendez-vous ». Pour les motiver, Monsieur Patrice DREVET propose : « Pourquoi ne pas faire visiter le Sénat avec les jeunes de votre Conseil Municipal ? Des visites sont très régulièrement organisées ».

Le nettoyage de la ville par les enfants (et leurs parents) peut s’avérer être un moyen très efficace de sensibilisation à l’éco-citoyenneté. Monsieur Roland HUGUET, adjoint à Rocquencourt (3 216 habitants), présente les deux actions principales entreprises par la commune : « Nos enfants participent une fois par an à un nettoyage de la commune. Leurs efforts sont récompensés autour d’un goûter ». Il parle également de leur participation à un spectacle de sensibilisation. Monsieur Christophe NEUMANN rebondit : « La troupe du Chapiteau Vert6 se déplace dans toute la France pour proposer des spectacles sur le tri des déchets, le réchauffement climatique… Mais vous pouvez faire appel à des troupes de théâtre locales afin de monter ce type de projet dans votre commune ».

Madame Lucette PETIT
Adjointe à Saulx-Marchais

Certaines actions présentes dans le nouveau plan d’éducation à l’environnement et au développement durable évoquent la possibilité de mettre en place dans les écoles primaires un coin nature : ainsi, des poulaillers et des potagers pédagogiques peuvent être aisément mis en place au sein des écoles. Pour Madame Lucette PETIT, adjointe à Saulx-Marchais (908 habitants), les poules sont une piste à creuser… pour les habitants !  

A Tacoignières (1 047 habitants), Madame Catherine BRUN, adjointe, explique que les enfants de l’école ont participé à un concours de dessins autour du tri organisé par le SIEED (68 communes, 67 700 habitants). Enfin, la problématique autour de la propreté de l’espace public, en particulier autour des conteneurs d’emballages, revient régulièrement lors des échanges de cette matinée.

Madame Catherine BRUN
Adjointe à Tacoignières

Monsieur Christophe NEUMANN rappelle l’impact du contrôle social dans les actes de dépôts sauvages : « Le comportement d’un individu est conditionné par la perception des autres. Si vous installez vos points d’apport volontaire à l’extérieur de la commune ou si vous les entourez de palissades, l’individu pourra venir déposer ce qu’il veut à l’abri des regards ».

Quelles sont les structures existantes ?

Afin de mieux sensibiliser les plus jeunes aux questions environnementales, des associations sont présentes localement et proposent des animations à destination des scolaires et du grand public sur les thématiques environnementales : Yvelines Environnement7, Ecolonia8, E-graine9 et le Graine Ile-de-France10 sont à la disposition des équipes pédagogiques et des communes pour animer des ateliers d’éducation à l’environnement.  

Madame Stéphanie BENEY présente le programme Jeunes Reporters pour l’environnement11, qui peut facilement être développé dans des centres de loisirs/d’animation et en périscolaires : « C’est un concours destiné aux jeunes de 11 à 21 ans. Seul ou en équipe, ce programme permet aux jeunes de réaliser un reportage vidéo, photo, audio ou manuscrit sur un sujet environnemental et local de leur choix ».

Monsieur Pierre SOUIN
Maire de Marq
Monsieur Jean-Louis MEALE
Adjointe à Jouy-en-Josas
Madame Françoise LE NARD
Maire de Viroflay
Madame Magali ORDAS
Présidente de l’AVPU

Les cantines scolaires sont un endroit idéal de sensibilisation des éco-gestes à adopter lors des repas. De nombreux élus présents évoquent leurs projets. C’est notamment le cas chez Monsieur Pierre SOUIN, maire de Marcq (723 habitants) : « Les enfants mangeant à la cantine scolaire ont depuis le début une serviette en tissu et un gobelet réutilisable. Nous essayons d’appliquer cette démarche aux manifestations organisées à l’école mais c’est encore un peu difficile pour nous de prévoir une centaine de gobelets réutilisables. Cependant, les enfants nous interpellent à ce sujet et souhaitent que nous changions nos comportements ».  Monsieur Jean-Louis MEALE, adjoint à Jouy-en-Josas (8 251 habitants), donne par sa part un exemple concret et chiffré de réduction de déchets à la cantine : « Nous sommes passés de 5 à 4 plats proposés pour le déjeuner. De plus, les enfants ont accès à un self pour leur entrée et ne sont servis du le plat principal qu’à la condition d’avoir vidé leur assiette. Aussi, nous sommes passés de 30 à 15% de déchets alimentaires produits à la fin des repas ». Monsieur Christophe NEUMANN parle de l’exemple de la cantine scolaire de Buxerolles (Vienne, 9 992 habitants) ayant installé un gâchimètre : aussi, les enfants sont invités pendant une semaine à jeter leur pain en fin de repas dans un gâchipain transparent. Le gâchis ainsi généré est visible et très parlant. La cantine peut également se voir équipée d’un self afin de permettre aux enfants d’évaluer la taille de leur portion et de servir les quantités de nourriture adaptées à leur appétit. Une idée qui sera bien volontiers reprise par Madame Françoise LE NARD, maire de Viroflay (15 678 habitants).

Enfin, Madame Magali ORDAS, Présidente de l’Association des Villes pour la Propreté Urbaine12 et par ailleurs adjointe à Versailles (85 424 habitants), présente les missions de l’Association et notamment de la grille d’évaluation de la propreté conçu avec ses adhérents : « Nous avons en effet construit un outil de mesure de la non-propreté d’une ville. Grâce à une méthodologie simple de comptage des déchets au sol, une commune peut comparer ses résultats par rapport à ceux d’autres villes intégrées dans le référentiel. Elle peut ainsi se situer et évaluer son niveau de saleté et les sources de salissures par rapport à une moyenne ».

En outre, Madame Magali ORDAS établit un lien direct entre l’éducation à l’environnement des plus jeunes et la propreté urbaine : « L’enfant est un relais important des éco-gestes auprès de ses parents. A Versailles, des éco-jardiniers travaillent avec les enfants des écoles et des crèches depuis une dizaine d’années. Par ailleurs, des agents d’entretien de la Ville sont intervenus dans les classes pour parler de leur métier. Les jeunes ont réalisé un concours photos, qui ont ensuite été affichées sur les murs de la Ville. Nous voulions d’une part valoriser le travail remarquable de nos agents et d’autre part, montrer aux enfants l’énorme travail qu’ils réalisent au quotidien pour maintenir la propreté de nos rues ». Elle ajoute que l’AVPU a récemment entamé une réflexion autour de la conception d’une mallette pédagogique d’éducation à la propreté urbaine, qui pourrait être utilisée par les enseignants et les personnels municipaux. 

Comment faciliter les comportements éco-responsables au sein des familles?

L’ensemble des élus présents s’accorde sur l’importance que jouent les enfants, notamment dans la transmission des gestes éco-responsables auprès de leur entourage. Pour Monsieur Guy PELISSIER, « Les enfants font le lien avec leurs parents. Ce sont eux qui iront leur parler après une animation ou la visite d’en centre de tri, en leur expliquant ce qu’il faut et ne faut pas faire. Il faut travailler sans relâche sur le geste de tri, en faisant régulièrement des piqûres de rappel ».

Eco-Emballages propose gratuitement des outils afin de sensibiliser les jeunes aux enjeux du développement durable pour ensuite relayer ces informations à la maison. Le kit pédagogique gratuit Tri-Master13 est à commander dès aujourd’hui par les mairies. De plus, l’abonnement pour le magazine trimestriel des éco-citoyens Eco-Junior est désormais possible pour les enseignants et bibliothèques sur le site www.ecojunior.fr.

Des évènements peuvent être organisés par les enfants pour leurs parents. Certaines communes organisent d’ailleurs des goûters 0 déchet et des spectacles de marionnettes en récup-art afin de les sensibiliser aux gestes éco-citoyens.

Pour conclure cette après-midi d’échanges, Madame Stéphanie BENEY partage les résultats de l’étude Eco-Ecole réalisée en septembre 201414 : « 78% des parents répondants (8 parents sur 10) disent avoir mis en place un ou plusieurs gestes sur la gestion des déchets suite au travail de leur enfant. Les principaux gestes sont le recyclage des piles (71%) et le tri des déchets (67%). 86% des parents répondants disent mieux trier les déchets depuis le projet Eco-Ecole. Ce sont des chiffres très encourageants, qui démontrent bien l’impact positif des projets Eco-Ecole sur les comportements éco-responsables ensuite adoptés par les parents ».

Pour aller plus loin – les liens utiles

1 Les mots du Maire, AMF, novembre 2013

2 Enquête Viavoice, mars 2014

3 Baromètre des Français et le geste de tri disponible sur : www.ecoemballages.fr/sites/default/files/files/espace-presse/dossierdepresse_ee_resultats_campagne_juin2014.pdf

4 Site de l’of-FEEE : www.f3e.org

5 Manuel disponible sur le site Eco-Ecole : www.eco-ecole.org

6 Le Chapiteau Vert : www.lechapiteauvert.fr

7 Yvelines Environnement : www.yvelines-environnement.org

8 Ecolonia : www.ecolonia.fr

9 E-graine : www.e-graine.org

10 Graine Ile-de-France : www.graine-idf.org

11 Jeunes Reporters pour l’Environnement : www.jeunesreporters.org

12 Association des Villes pour la Propreté Urbaine (AVPU) : www.avpu.fr

13 Commande de Tri-Master sur le site : www.trimaster.fr

14 Résultats de l’étude disponible sur : www.eco-ecole.org/component/flexicontent/8-actualites/11654-premiere-etude-nationale-eco-ecole.html