Ce site utilise des cookies pour son bon fonctionnement. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs

Les rencontres
36000 pour le tri

Rencontre Ceyzeriat

Ecole et famille
06 Novembre 2015

Madame Armelle BOTHOREL, maire, Présidente de l’Association des maires et Présidents d’EPCI des Côtes d’Armor, 1ère Vice-Présidente de Saint-Brieuc Agglomération, a invité le 06 novembre dernier à la salle du belvédère d’Yffiniac, les maires et élus locaux à se réunir pour partager leurs témoignages et initiatives locales en matière d’environnement et de développement durable, sur la thématique « Ecole et Famille ».

Monsieur Romain BOUILLON – directeur adjoint de l’Office français de la Fondation pour l’Education à l’Environnement en Europe, Monsieur Johann LECONTE – directeur des relations élus locaux et associations et Monsieur Maël L’HOSTIS – responsable des opérations (Eco-Emballages) étaient également présents. Monsieur Patrice DREVET animait la rencontre et veillait à son bon déroulement, en donnant la parole aux élus présents.

Ceyzeriat, le 22 juin 2017

Le cadre de vie et en particulier le tri sélectif représente la plus forte attente des habitants vis-à-vis de leur maire1. En effet, 67% des habitants placent l’amélioration du cadre de vie en première compétence des élus2. Le maire est donc le premier référent des habitants et le prescripteur légitime du geste de tri.

Aussi, pour répondre aux attentes des citoyens sur ces sujets, Eco-Emballages et l’AMF ont décidé de lancer le programme de rencontres thématiques 36 000 pour le tri : depuis 2012, plus de 69 rencontres ont été organisées dans toute la France afin de partager expériences et initiatives locales entre les maires de chacune des 36 000 communes de France sur les thématiques relevant de leurs responsabilités et touchant aux questions environnementales.

Monsieur Johann LECONTE (gauche)
Madame Armelle BOTHOREL (droite)
Monsieur Maël L’HOSTIS
Responsable des opérations

Madame Armelle BOTHOREL, Présidente de l’Association des maires et Présidents d’EPCI des Côtes d’Armor, débute cette rencontre en soulignant l’importance du sujet du jour : « Tous les élus sont forcément mobilisés autour des réflexions liées au développement durable. Je me réjouis de le faire aujourd’hui au travers de la sensibilisation des plus jeunes à ces thématiques. Nous devons préparer l’avenir par le biais des écoles, des centres de loisirs,… ». 

Monsieur Johann LECONTE, directeur des élus locaux et associations, poursuit : « A l’heure de la COP21, nous sommes de plus en plus conscients des enjeux climatiques mondiaux. Au quotidien, nous avons besoin de 3 secondes seulement pour faire le geste de tri : ce n’est vraiment pas grand-chose et pourtant, ce geste opéré par des millions de Français a permis de recycler 3.2 millions de tonnes d’emballages l’année dernière. Ainsi, nous avons évité l’émission de 2 millions de tonnes de CO2, soit 1 million de voitures en moins en circulation. C’est un effort collectif qui a du sens et a un réel impact sur le dérèglement climatique ».

Monsieur Maël L’HOSTIS, responsable des opérations chez Eco-Emballages, félicite les Côtes d’Armor pour leur performance de tri : « Vous êtes le numéro 1 du tri de la région Bretagne. Vos habitants trient en moyenne 66 kg d’emballages par an, soit 20 kg supplémentaires par rapport à la moyenne nationale. Cependant, des efforts sont encore à faire, notamment sur le verre, car 10 kg par habitant par an sont encore jetés dans la poubelle d’ordures ménagères. L’enjeu réside dans la communication auprès de vos habitants et l’emplacement de vos points d’apport volontaire ».

Monsieur Johann LECONTE ajoute : « 67% des emballages sont triés aujourd’hui en France mais seulement 44% des Français disent trier systématiquement. On trie selon l’âge, l’espace disponible dans l’habitat et son lieu d’habitation3».

Comment sensibiliser efficacement le jeune public aux questions environnementales ?

Monsieur Romain BOUILLON, directeur adjoint de l’Office français de la Fondation pour l’Education à l’Environnement en Europe4, présente le programme Eco-Ecole5 que porte l’Association : « Eco-Ecole se base sur les collectivités territoriales et les communes. Aussi, il met les élèves en situation d’apprentissage actif car ce sont eux qui vont concevoir et mettre en œuvre un projet d’amélioration environnementale de leur école. Ils réaliseront avec l’aide de leurs enseignants et des autres parties prenantes un diagnostic, proposeront des actions concrètes… C’est une démarche à long-terme, car les nombreuses thématiques d’Eco-Ecole vous permettent d’étudier la biodiversité une année, puis la thématique des déchets l’année suivante ». Il termine : « Les dernières circulaires de l’Education à l’Environnement et au Développement Durable publiées attestent de la volonté de l’Education Nationale d’intégrer les problématiques liées au développement durable dans les programmes scolaires. Nous suivons actuellement 1 900 établissements scolaires en France et ce chiffre ne fait qu’augmenter d’année en année. Toute l’équipe Eco-Ecole est présente pour vous apporter des outils méthodologiques, des idées d’activités…».

Monsieur Romain BOUILLON
Directeur-adjoint à l’of-FEEE
Madame Nicole OGER
Adjointe à Plaintel
Monsieur Christian DRONIOU
Adjoint à Bourbriac

A Plaintel (4 206 habitants), Madame Nicole OGER, adjointe, explique que l’école Saint-Joseph est effectivement en démarche Eco-Ecole. Elle ajoute que le Conseil Municipal des Enfants a réalisé un mini-guide de l’environnement à destination des enfants et de leurs parents. Une sensibilité à l’environnement de la part des jeunes que confirme Monsieur Christian DRONIOU, adjoint à Bourbriac (2 354 habitants) : « Dans leurs projets, les jeunes sont très attachés aux questions liées à l’environnement et aux déchets ».

Pour les motiver, Monsieur Patrice DREVET propose : « Pourquoi ne pas faire visiter le Sénat avec les jeunes de votre Conseil Municipal ? Des visites sont très régulièrement organisées ».

Le nettoyage de la ville par les enfants (et leurs parents) peut s’avérer être un moyen très efficace de sensibilisation à l’éco-citoyenneté. Madame Françoise BRIEND BELLIN, conseillère municipale à Quévert (3 719 habitants) raconte que le Conseil Municipal des Jeunes nettoie la promenade qui mène vers la Coulée Verte de la commune : « Bien entendu, les déchets ainsi récoltés sont ensuite triés ».

Monsieur Patrice DREVET
Animateur
Madame Françoise BRIEND BELLIN
CM à Quévert

Monsieur Maël L’HOSTIS complète les échanges des élus en leur conseillant d’organiser un spectacle de sensibilisation à destination des enfants, ces derniers pouvant être accompagnés par leurs parents : « La troupe du Chapiteau Vert6 se déplace dans toute la France pour proposer des spectacles sur le tri des déchets, le réchauffement climatique… Mais vous pouvez faire appel à des troupes de théâtre locales afin de monter ce type de projet dans votre commune ».

Certaines actions présentes dans le nouveau plan d’éducation à l’environnement et au développement durable évoquent la possibilité de mettre en place dans les écoles primaires un coin nature : potager, mare pédagogiques… A Gannes (Oise, 349 habitants), Monsieur le maire a décidé d’installer un poulailler dans la cour de l’école. Les enfants viennent s’occuper des deux poules lorsuqu’ils sont au périscolaire et viennent leur déposer les restes de nourriture. Coût total de l’opération : 400€.

Enfin, des supports sont à la disposition des écoles, dont les professeurs n’ont pas toujours été formés aux problématiques environnementales : « Nous avons rebondi sur l’organisation à prochaine de la COP21 pour éditer une brochure, « Le climat change… et nous ? »7, afin de faire comprendre de façon concrète et ludique les enjeux du climat et les actions que nous pouvons tous mener » explique Monsieur Romain BOUILLON.

Quelles sont les structures existantes ?

Monsieur Romain Bouillon présente le programme Jeunes Reporters pour l’environnement8, qui peut facilement être développé dans des centres de loisirs/d’animation et en périscolaires : « C’est un concours destiné aux jeunes de 11 à 21 ans. Seul ou en équipe, ce programme permet aux jeunes de réaliser un reportage vidéo, photo, audio ou manuscrit sur un sujet environnemental et local de leur choix ».

Les cantines scolaires sont un endroit idéal de sensibilisation des éco-gestes à adopter lors des repas. Par exemple, la cantine scolaire de Buxerolles (Vienne, 9 992 habitants) a mis en place un gâchimètre : aussi, les enfants sont invités pendant une semaine à jeter leur pain en fin de repas dans un gâchipain transparent. Le gâchis ainsi généré est visible et très parlant. La cantine peut également se voir équipée d’un self afin de permettre aux enfants d’évaluer la taille de leur portion et de servir les quantités de nourriture adaptées à leur appétit. A Saint-Cast-le-Guildo (3 447 habitants), Monsieur Olivier COJEAN, adjoint, explique que ce sont les jeunes de l’Institut Médico Educatif (IME) qui se rendent dans les écoles pour sensibiliser les élèves au gaspillage alimentaireMadame Marie-Noëlle HENRY, adjointe à Trégueux (8 044 habitants), renchérit : « Nous travaillons beaucoup sur les déchets alimentaires par le biais de notre jardin pédagogique, de notre compost… Nous récupérons également les affiches de la salle culturelle pour que les enfants les utilisent comme brouillon. Je pense que l’addition de tous ces petits gestes simples créé réellement la différence en matière de comportement ».

Pour Monsieur Georges LE FRANC, maire de Saint-Barnabé (1 264 habitants), le débat est en amont de la réduction des déchets alimentaires : « Un réel souci d’opacité persiste quant à la provenance des produits que nous mettons dans l’assiette de nos enfants. C’est pourquoi j’accorde beaucoup d’importance à collaborer avec des producteurs locaux. Aussi, nous travaillons en liaisons froides avec des agriculteurs des environs. Il est de notre responsabilité de montrer aux enfants les bienfaits de l’alimentation de notre terroir. Je vous assure qu’en entreprenant une telle démarche, vous diminuerez de façon significative les restes des repas de vos cantines » affirme-t-il.

Monsieur Olivier COJEAN
Adjoint à St-Cast-le-Guildo
Madame Marie-Noëlle HENRY
Adjointe à Trégueux
Monsieur Georges LE FRANC
Maire de St Barnabé

Madame Josiane HIVARD, adjointe à Pommerit-le-Vicomte (1 856 habitants), regrette de travailler en liaisons chaudes à la cantine mais partage une autre initiative : « Nous avons mis en place un système de petite/grosse faim : en servant les enfants à l’assiette, nous les incitons à goûter ce qui leur est proposé. S’ils aiment, nous leur resservons une plus grande quantité. Nous avons ainsi diminué de près de 50% les déchets alimentaires à la fin des repas ». Même procédé mis en place au restaurant scolaire de Ploeuc-sur –Lié (3 293 habitants) où Madame Anne-Marie CHARPENTIER, adjointe, explique que le système petite/grosse faim permet de mieux adapter les portions de nourriture proposées aux jeunes. « De plus, nous travaillons avec le syndicat Kerval qui organise des ateliers sur le tri sélectif suite à la réforme des rythmes scolaires ». Madame Françoise TREVIEN, adjointe à Quessoy (3 694 habitants), collabore également avec Kerval : « Nous avons réalisé un diagnostic sur le gaspillage alimentaire des cantines de nos 3 écoles. Des pesées ont été effectuées après chaque repas, nous permettant ainsi d’identifier la réduction de déchets au fil des semaines ».

Madame Josiane HIVARD
Adjointe à Pommerit-le-Vicomte
Madame Anne-Marie CHARPENTIER
Adjointe à Ploeuc-sur-Lié
Madame Françoise TREVIEN
Adjointe à Quessoy
Monsieur Jean-Luc BARBO
VP Lamballe Communauté

Monsieur Jean-Luc BARBO, Vice-Président à Lamballe Communauté et Vice-Président de Kerval, rebondit sur les propos tenus par ses collègues : « Nous avons pris la décision de faire visiter le centre de tri de Kerval à toutes les écoles de son territoire. Ainsi, le transport de vos écoliers sera à notre charge. Je profite également de cette réunion pour partager avec vous quelques chiffres qui me paraissent importants. Nous sommes en redevance incitative depuis 4 ans désormais : les déchets d’ordures ménagères mis en incinération ont baissé de 30% tandis que les tonnages d’emballages triés et recyclés ont augmenté de 40%. Nous devons souligner les économies que nous avons réalisées avec l’aide des élus et de leurs habitants ».

Comment faciliter les comportements éco-responsables au sein des familles?

L’ensemble des élus présents s’accorde sur l’importance que jouent les enfants, notamment dans la transmission des gestes éco-responsables auprès de leur entourage. Dans la commune de Bourbriac (2 354 habitants), Madame Claudine GUILLOU, conseillère municipale, partage l’initiative du service enfance-jeunesse ayant organisé au centre de loisirs un défilé composé d’habits fait à partir d’emballages. A Tremeven (354 habitants), Madame le maire Chantal DELUGIN a organisé un concours de ramassage de journaux à l’école du village : « Les enfants ont mobilisé leurs parents, grands-parents pour rassembler un maximum de journaux, collectés par la suite par une entreprise chargée de les transformer en ouate de cellulose. L’argent ainsi récolté a permis d’alléger la facture des sorties scolaires ».

Madame Claudine GUILLOU
CM à Bourbriac
Madame Chantal DELUGIN
Maire de Tremeven
Monsieur Joseph ARTUR
Maire de St Brandan

« Nous avons la chance de pouvoir compter sur plusieurs adultes qui encadrent le déjeuner des écoliers à la cantine scolaire. Ils sont présents pour faire goûter les menus aux enfants, contribuant grandement à la réduction du gaspillage alimentaire, en particulier celui du pain » se félicite Monsieur Joseph ARTUR, maire de St Brandan (2 380 habitants).  

Eco-Emballages propose gratuitement des outils afin de sensibiliser les jeunes aux enjeux du développement durable pour ensuite relayer ces informations à la maison. Le kit pédagogique gratuit Tri-Master9 est à commander dès aujourd’hui par les mairies. De plus, l’abonnement pour le magazine trimestriel des éco-citoyens Eco-Junior est désormais possible pour les enseignants et bibliothèques sur le site www.ecojunior.fr.

Des évènements peuvent être organisés par les enfants pour leurs parents. Certaines communes organisent d’ailleurs des goûters 0 déchet et des spectacles de marionnettes en récup-art afin de les sensibiliser aux gestes éco-citoyens.

Pour conclure cette matinée d’échanges, Monsieur Romain BOUILLON partage les résultats de l’étude Eco-Ecole réalisée en septembre 201410 : « 78% des parents répondants (8 parents sur 10) disent avoir mis en place un ou plusieurs gestes sur la gestion des déchets suite au travail de leur enfant. Les principaux gestes sont le recyclage des piles (71%) et le tri des déchets (67%). 86% des parents répondants disent mieux trier les déchets depuis le projet Eco-Ecole. Ce sont des chiffres très encourageants, qui démontrent bien l’impact positif des projets Eco-Ecole sur les comportements éco-responsables ensuite adoptés par les parents ».

Pour aller plus loin – les liens utiles

1 Les mots du Maire, AMF, novembre 2013

2 Enquête Viavoice, mars 2014

3 Baromètre des Français et le geste de tri disponible sur : www.ecoemballages.fr/sites/default/files/files/espace-presse/dossierdepresse_ee_resultats_campagne_juin2014.pdf

4 Site de l’of-FEEE : www.f3e.org

5 Manuel disponible sur le site Eco-Ecole : www.eco-ecole.org

6 Le Chapiteau Vert : www.lechapiteauvert.fr

7 Pour en savoir plus sur la brochure « le climat change… et nous ? »  : http://www.eco-ecole.org/telechargements/finish/6-documents-a-destination-de-tous/1207-le-climat-change-et-nous.html

8 Jeunes Reporters pour l’Environnement : www.jeunesreporters.org

9 Commande de Tri-Master sur le site : www.trimaster.fr

10 Résultats de l’étude disponible sur : www.eco-ecole.org/component/flexicontent/8-actualites/11654-premiere-etude-nationale-eco-ecole.html